ACK_2/ACK24
Louise-Victorine Ackermann
POÉSIES PHILOSOPHIQUES
1871
II
À la Comète de 1861
         Bel astre voyageur, hôte qui nous arrives 6+6 a
         Des profondeurs du ciel et qu'on n'attendait pas, 6+6 b
         Où vas-tu ? Quel dessein pousse vers nous tes pas ? 6+6 b
         Toi qui vogues au large en cette mer sans rives, 6+6 a
5 Sur ta route, aussi loin que ton regard atteint, 6+6 c
         N'as-tu vu comme ici que douleurs et misères ? 6+6 d
         Dans ces mondes épars, dis ! avons-nous des frères ? 6+6 d
         T'ont-ils chargé pour nous de leur salut lointain ? 6+6 c
         Ah ! quand tu reviendras, peut-être de la terre 6+6 a
10 L'homme aura disparu. Du fond de ce séjour 6+6 b
         Si son œil ne doit pas contempler ton retour, 6+6 b
         Si ce globe épuisé s'est éteint solitaire, 6+6 a
         Dans l'espace infini poursuivant ton chemin, 6+6 c
         Du moins jette au passage, astre errant et rapide, 6+6 d
15 Un regard de pitié sur le théâtre vide 6+6 d
         De tant de maux soufferts et du labeur humain. 6+6 c
mètre profil métrique : 6+6
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie