BAN_1/BAN11
Théodore de Banville
Les Cariatides
1842
LIVRE DEUXIÈME
AMOURS D'ÉLISE
VI
         Tout vous adore, ô mon Élise, 8 a
         Et quand vous priez à l'église, 8 a
         Votre figure idéalise 8 a
         Jusqu'à la maison du bon Dieu. 8 b
5 Votre corps charmant qui se ploie 8 c
         Est comme un cantique de joie, 8 c
         Et, frémissant d'amour, envoie 8 c
         Son parfum de femme au saint lieu. 8 b
         Votre missel a sur ses pages 8 a
10 Bien des gracieuses images, 8 a
         Bien des ornements d'or, ouvrages 8 a
         D'un grand mosaïste inconnu ; 8 b
         Et fier de vous faire une chaîne, 8 c
         Votre chapelet noir qui traîne 8 c
15 Redit son madrigal d'ébène 8 c
         Aux blancheurs de votre bras nu. 8 b
         Comme un troupeau leste et vorace, 8 a
         On voit s'élancer sur la trace 8 a
         De vos chevaux de noble race 8 a
20 Mille amants, le cœur aux abois ; 8 b
         Derrière vous marche la foule, 8 c
         Mugissante comme la houle, 8 c
         Et dont le chuchotement roule 8 c
         À travers les détours du bois. 8 b
25 Vous avez de tremblantes gazes, 8 a
         Des diamants et des topazes 8 a
         À replonger dans leurs extases 8 a
         Les Aladins expatriés, 8 b
         Et des cercles de blonds Clitandres 8 c
30 Dont le cœur brûlant sous les cendres 8 c
         Vous redit en fadaises tendres 8 c
         Des souffrances dont vous riez. 8 b
         Vous avez de blondes servantes 8 a
         Aux larges prunelles ardentes, 8 a
35 Aux chevelures débordantes 8 a
         Pour essuyer vos blanches mains ; 8 b
         Vous portez les bonheurs en gerbe, 8 c
         Et sous votre talon superbe 8 c
         Mille fleurs s'éveillent dans l'herbe 8 c
40 Afin d'embaumer vos chemins. 8 b
         Moi, je suis un jeune poëte 8 a
         Dont la rêverie inquiète 8 a
         N'a jamais connu d'autre fête 8 a
         Que l'azur et le lys en fleur. 8 b
45 Je n'ai pour trésor que ma plume 8 c
         Et ce cœur broyé, qui s'allume, 8 c
         Comme le fer rouge à l'enclume, 8 c
         Sous le lourd marteau du malheur. 8 b
         Mon âme était comme cette onde 8 a
50 Pleine d'amertume, qui gronde 8 a
         En son délire, et dont la sonde 8 a
         N'a jamais pu trouver le fond ; 8 b
         Comme ce flot qu'un sable aride 8 c
         Absorbe de sa bouche avide, 8 c
55 Et qui cherche à combler le vide 8 c
         D'un abîme vaste et profond. 8 b
         Et pourtant vous, type suprême, 8 a
         Vous m'avez dit tout haut : je t'aime 8 a
         Vous m'avez couché morne et blême 8 a
60 Sur un beau lit de volupté ; 8 b
         Vous avez rafraîchi ma lèvre, 8 c
         Encor toute chaude de fièvre, 8 c
         Dans le doux vin pour qui l'orfèvre 8 c
         Poétise un cachot sculpté. 8 b
65 Dans vos colères de tigresse, 8 a
         Vous m'avez fait des nuits d'ivresse 8 a
         Où le plaisir, sous la caresse, 8 a
         Pleure le râle de la mort, 8 b
         Où toute pudeur se profane, 8 c
70 Où l'ange le plus diaphane 8 c
         Se fait bacchante et courtisane 8 c
         Et grince des dents, et vous mord ! 8 b
         Puis vous m'avez dit à l'oreille 8 a
         Quelque étincelante merveille 8 a
75 Dont la mélancolie éveille 8 a
         Les fibres de l'être endormi ; 8 b
         Vous aviez la pudeur craintive 8 c
         De la mourante sensitive 8 c
         Qui renferme son cœur, plaintive 8 c
80 De n'être morte qu'à demi. 8 b
         Et le doute railleur m'assiège 8 a
         Lorsque, pris dans un divin piège, 8 a
         Mon cou plus pâle que la neige 8 a
         Est par vos bras blancs enlacé. 8 b
85 J'ai peur que le riant mensonge 8 c
         Du lac d'azur où je me plonge 8 c
         Ne soit l'illusion d'un songe 8 c
         Qui tenaille mon front glacé. 8 b
         Or, dites-moi, rêve céleste, 8 a
90 Pour que votre belle âme reste 8 a
         En proie à mon amour funeste, 8 a
         Les crimes que vous expiez ? 8 b
         Parlez-moi, pour que je devine 8 c
         De quel feu bout votre poitrine, 8 c
95 Et quelle colère divine 8 c
         Vous met pantelante à mes pieds ? 8 b
         Avez-vous surpris chez les anges 8 a
         Le secret des strophes étranges 8 a
         Qu'ils murmurent, quand leurs phalanges 8 a
100 S'envolent dans les airs subtils ? 8 b
         Au Vatican, sur une toile, 8 c
         Avez-vous dérobé l'étoile 8 c
         Qu'une sainte paupière voile 8 c
         Avec un réseau de longs cils ? 8 b
105 Ô vous que la lumière adore, 8 a
         De quel astre et de quelle aurore 8 a
         Venez-vous, radieuse encore ? 8 a
         Je ne sais ; en vain, ce trompeur, 8 b
         L'espoir, me caresse et me blâme ; 8 c
110 Je ne sais quel souffle en votre âme 8 c
         Alluma cette mer de flamme, 8 c
         Ô jeune déesse, et j'ai peur. 8 b
mètre profil métrique : 8
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie