BAN_13/BAN553
Théodore de Banville
OCCIDENTALES
1875
Satan en colère
C'est perdre le bruit et le feu :
Je le sais, moi qui fus un dieu !
Victor Hugo,Le Danube en colère.
         Satan, criant miséricorde, 8 a
         Appela d'abord au secours 8 b
         En voyant s'augmenter la horde 8 a
         Qui, grâce à nous, chez lui déborde, 8 a
5 Si bien que ses grils sont trop courts ! 8 b
         Ensuite, il nous fit ce discours : 8 b
         Faut-il donc que je vous proscrive, 8 a
         Mortels que jadis j'attrapais ! 8 b
         C'est effrayant ce qu'il m'arrive 8 a
10 De gens sur l'infernale rive, 8 a
         Tassés, pressés en rangs épais, 8 b
         Depuis que vous êtes en paix ! 8 b
         Vous le savez, comme j'imite 8 a
         Les fables des temps primitifs, 8 b
15 Les damnés, — on connaît ce mythe, 8 a
         Cuisent chez moi, dans la marmite 8 a
         Que j'ai prise dans les motifs 8 b
         Des vieux poëtes inventifs. 8 b
         Et, lorsque de rire je pouffe, 8 a
20 Malheur à qui touche à ce pot ! 8 b
         Mais, — voici le comique bouffe ! 8 a
         Dans mon pot-au-feu l'on étouffe 8 a
         Depuis que votre chassepot 8 b
         A fait l'ancien fusil capot ! 8 b
25 On n'y peut plus tenir à l'aise, 8 a
         Depuis que vos engins hideux, 8 b
         Fusils Bonnin et fusils Dreyse, 8 a
         Font rouler jusqu'à ma fournaise 8 a
         Un tas de passants hasardeux, 8 b
30 Qui tombent là, coupés en deux ! 8 b
         Grâce enfin pour ma casserole ! 8 a
         Chacun de vous est le Colomb 8 b
         D'une nouvelle arme à virole ; 8 a
         Vous vous foudroyez au pétrole 8 a
35 Avec infiniment d'aplomb : 8 b
         C'est une débauche de plomb ! 8 b
         Eh ! quoi, Dumanets sans vergogne, 8 a
         Croyez-vous que nous ricanons, 8 b
         Quand là-haut votre clairon grogne, 8 a
40 En voyant la folle besogne 8 a
         Que me préparent vos canons, 8 b
         Dont je ne retiens pas les noms ! 8 b
         On prétend que j'emmagasine 8 a
         Tout ce que détruira le fer ! 8 b
45 Dis, si tu veux, que je lésine, 8 a
         Tas de fous ! mais, dans ma cuisine 8 a
         Où flambe un feu joyeux et clair, 8 b
         Je n'ai plus de place en enfer ! 8 b
         J'étais gai comme Diogène ; 8 a
50 J'engraissais comme un alderman ! 8 b
         Vais-je, pour qu'on me morigène, 8 a
         Exproprier ce qui me gêne, 8 a
         Comme votre baron Haussmann, 8 b
         Moi bon vivant et gentleman ! 8 b
55 Ah ! tu t'égorges, saltimbanque, 8 a
         Genre humain encore au maillot ! 8 b
         Toujours des morts ! — La place manque ; 8 a
         S'il en vient un, je vous le flanque 8 a
         (Fût-il juif, turc ou parpaillot) 8 b
60 Dans le paradis de Veuillot ! 8 b
         Là, vêtu d'une simple écharpe, 8 a
         Jusqu'à l'éternité sans fin, 8 b
         Ainsi qu'au concert Contrescarpe, 8 a
         Il entendra des airs de harpe 8 a
65 Grattés par ce doux Séraphin, 8 b
         Et s'il s'amuse, il sera fin ! 8 b
         Mais, pauvre ver, pour deux aurores, 8 a
         Vis tranquille sur ton mûrier ! 8 b
         Pourquoi faut-il que tu t'abhorres, 8 a
70 Frêle insecte, et que tu dévores, 8 a
         En croyant mâcher du laurier, 8 b
         Tout le plomb que vend l'armurier ! 8 b
mètre profil métrique : 8
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie