BAN_16/BAN659
Théodore de Banville
SONNAILLES ET CLOCHETTES
1888
XXVI
Tour Eiffel
         Tour Eiffel, grandis, monte encore 8 a
         Dans la lumière et dans l'aurore, 8 a
         Dans les éthers silencieux. 8 b
         Née entre les pieds noirs d'Hécate, 8 c
5 Monte, grande fleur délicate, 8 c
         Mets ton front dans les sombres cieux. 8 b
         Car un génie au cœur de flamme 8 a
         Fouille la terre jusqu'à l'âme 8 a
         Et jusqu'aux portes de l'enfer, 8 b
10 Et pour préparer à la France 8 c
         Le nid joyeux de l'espérance, 8 c
         Le tresse avec des brins de fer. 8 b
         Oui, sois de plus en plus géante, 8 a
         Et devant la foule béante 8 a
15 Que charmeront tes fils vermeils, 8 b
         Apparais, de clarté baignée, 8 c
         Comme une toile d'araignée 8 c
         Où vont se prendre les soleils. 8 b
         Pendant les prochaines semailles, 8 a
20 Luis, resplendis avec tes mailles, 8 a
         Brille, joyau prestigieux 8 b
         Et séduis l'œil par ta caresse, 8 c
         Filigrane ajouré, que tresse 8 c
         Un orfèvre prodigieux. 8 b
25 On verra, dans leurs vols énormes, 8 a
         Accourir vers tes plates-formes 8 a
         Le hardi faucon, le gerfaut, 8 b
         Les vautours, les aigles voraces ; 8 c
         Mais en contemplant ces terrasses, 8 c
30 Ils trouveront que c'est trop haut. 8 b
         Monte encor, Tour démesurée ! 8 a
         Le dieu de la mer azurée 8 a
         Et de l'ouragan libyen, 8 b
         Dit à l'équipe ralliée 8 a
35 De Babel réconciliée : 8 a
         Venez, à présent. Je veux bien. 8 b
         La Tour grandit et, sur son faîte, 8 a
         Invincible, dressant la tête, 8 a
         L'Homme ouvrant tout grands ses yeux clairs, 8 b
40 Pourra, dans ses jeux ordinaires, 8 c
         Prendre dans ses mains les tonnerres 8 c
         Et jouer avec les éclairs. 8 b
         Car, autrefois chaste et jalouse, 8 a
         Maintenant, la Science épouse 8 a
45 L'Homme et, regardant l'Orient, 8 b
         Pour lui déchire tous les voiles 8 c
         Qui lui dérobaient les étoiles, 8 c
         Et baise sa bouche, en riant. 8 b
         Sans craindre que rien la meurtrisse, 8 a
50 La Science libératrice, 8 a
         Dans sa main tenant une faux 8 b
         Que l'on ne voyait pas naguère, 8 c
         Moissonnera les deuils, la guerre, 8 c
         Les canons et les échafauds. 8 b
55 Tour, grand lys fleuri dans l'espace, 8 a
         Colosse de force et de grâce ! 8 a
         Épouvantant le doute amer, 8 b
         Les certitudes et l'extase 8 c
         Reviendront caresser ta base, 8 c
60 Comme les vagues d'une mer. 8 b
         Et, malgré le vent, qui s'effare, 8 a
         Ton veilleur, auprès de son phare, 8 a
         A l'heure divine où le bruit 8 b
         S'éteint dans la nature fée, 8 c
65 Entendra la Lyre d'Orphée 8 c
         Guider les astres, dans la nuit. 8 b
mètre profil métrique : 8
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie