BAU_1/BAU160
Charles Baudelaire
LES FLEURS DU MAL
1857-1861
SUPPLÉMENT AUX FLEURS DU MAL
XXIV
Le Calumet de la paix
Imité de Longfellow
I
         Or Gitche Manito, le Maître de la vie, 6+6 0
         Le Puissant, descendit dans la verte prairie, 6+6 0
         Dans l’immense prairie aux coteaux montueux ; 6+6 1
         Et là, sur les rochers de la Rouge Carrière, 6+6 2
5 Dominant tout l’espace et baigné de lumière, 6+6 2
         Il se tenait debout, vaste et majestueux. 6+6 1
         Alors il convoqua les peuples innombrables, 6+6 3
         Plus nombreux que ne sont les herbes et les sables 6+6 3
         Avec sa main terrible il rompit un morceau 6+6 4
10 Du rocher, dont il fit une pipe superbe, 6+6 5
         Puis, au bord du ruisseau, dans une énorme gerbe, 6+6 5
         Pour s’en faire un tuyau, choisit un long roseau. 6+6 4
         Pour la bourrer il prit au saule son écorce ; 6+6 6
         Et lui, le Tout-Puissant, Créateur de la Force, 6+6 6
15 Debout, il alluma, comme un divin fanal, 6+6 7
         La Pipe de la Paix. Debout sur la Carrière 6+6 2
         Il fumait, droit, superbe et baigné de lumière. 6+6 2
         Or pour les nations c’était le grand signal. 6+6 7
         Et lentement montait la divine fumée 6+6 8
20 Dans l’air doux du matin, onduleuse, embaumée. 6+6 8
         Et d’abord ce ne fut qu’un sillon ténébreux ; 6+6 1
         Puis la vapeur se fit plus bleue et plus épaisse, 6+6 9
         Puis blanchit ; et montant, et grossissant sans cesse, 6+6 9
         Elle alla se briser au dur plafond des cieux. 6+6 1
25 Des plus lointains sommets des Montagnes Rocheuses, 6+6 10
         Depuis les lacs du Nord aux ondes tapageuses, 6+6 10
         Depuis Tawasentha, le vallon sans pareil, 6+6 11
         Jusqu’à Tuscaloosa, la forêt parfumée, 6+6 8
         Tous virent le signal et l’immense fumée 6+6 8
30 Montant paisiblement dans le matin vermeil. 6+6 11
         Les Prophètes disaient : « Voyez-vous cette bande 6+6 a
         De vapeur, qui, semblable à la main qui commande, 6+6 a
         Oscille et se détache en noir sur le soleil ? 6+6 b
         C’est Gitche Manito, le Maître de la Vie, 6+6 c
35 Qui dit aux quatre coins de l’immense prairie : 6+6 c
         « Je vous convoque tous, guerriers, à mon conseil ! » 6+6 b
         Par le chemin des eaux, par la route des plaines, 6+6 a
         Par les quatre côtés d’où soufflent les haleines 6+6 a
         Du vent, tous les guerriers de chaque tribu, tous, 6+6 b
40 Comprenant le signal du nuage qui bouge, 6+6 c
         Vinrent docilement à la Carrière Rouge 6+6 c
         Où Gitche Manito leur donnait rendez-vous. 6+6 b
         Les guerriers se tenaient sur la verte prairie, 6+6 a
         Tous équipés en guerre, et la mine aguerrie, 6+6 a
45 Bariolés ainsi qu’un feuillage automnal ; 6+6 b
         Et la haine qui fait combattre tous les êtres, 6+6 c
         La haine qui brûlait les yeux de leurs ancêtres 6+6 c
         Incendiait encor leurs yeux d’un feu fatal. 6+6 b
         Et leurs yeux étaient pleins de haine héréditaire. 6+6 a
50 Or Gitche Manito, le Maître de la Terre, 6+6 a
         Les considérait tous avec compassion, 6+6 b
         Comme un père très bon, ennemi du désordre, 6+6 c
         Qui voit ses chers petits batailler et se mordre. 6+6 c
         Tel Gitche Manito pour toute nation. 6+6 b
55 Il étendit sur eux sa puissante main droite 6+6 a
         Pour subjuguer leur cœur et leur nature étroite, 6+6 a
         Pour rafraîchir leur fièvre à l’ombre de sa main ; 6+6 b
         Puis il leur dit avec sa voix majestueuse, 6+6 c
         Comparable à la voix d’une eau tumultueuse 6+6 c
60 Qui tombe et rend un son monstrueux, surhumain : 6+6 b
II
         « Ô ma postérité, déplorable et chérie ! 6+6 0
         Ô mes fils ! écoutez la divine raison. 6+6 18
         C’est Gitche Manito, le Maître de la Vie, 6+6 0
         Qui vous parle ! celui qui dans votre patrie 6+6 0
65 A mis l’ours, le castor, le renne et le bison. 6+6 18
         Je vous ai fait la chasse et la pêche faciles ; 6+6 23
         Pourquoi donc le chasseur devient-il assassin ? 6+6 21
         Le marais fut par moi peuplé de volatiles ; 6+6 23
         Pourquoi n’êtes-vous pas contents, fils indociles ? 6+6 23
70 Pourquoi l’homme fait-il la chasse à son voisin ? 6+6 21
         Je suis vraiment bien las de vos horribles guerres. 6+6 a
         Vos prières, vos vœux mêmes sont des forfaits ! 6+6 b
         Le péril est pour vous dans vos humeurs contraires, 6+6 a
         Et c’est dans l’union qu’est votre force. En frères 6+6 a
75 Vivez donc, et sachez vous maintenir en paix. 6+6 b
         Bientôt vous recevrez de ma main un Prophète 6+6 a
         Qui viendra vous instruire et souffrir avec vous. 6+6 b
         Sa parole fera de la vie une fête ; 6+6 a
         Mais si vous méprisez sa sagesse parfaite, 6+6 a
80 Pauvres enfants maudits, vous disparaîtrez tous ! 6+6 b
         Effacez dans les flots vos couleurs meurtrières. 6+6 a
         Les roseaux sont nombreux et le roc est épais ; 6+6 b
         Chacun en peut tirer sa pipe. Plus de guerres, 6+6 a
         Plus de sang ! Désormais vivez comme des frères, 6+6 a
85 Et tous, unis, fumez le Calumet de Paix ! » 6+6 b
III
         Et soudain tous, jetant leurs armes sur la terre, 6+6 a
         Lavent dans le ruisseau les couleurs de la guerre 6+6 a
         Qui luisaient sur leurs fronts cruels et triomphants. 6+6 b
         Chacun creuse une pipe et cueille sur la rive 6+6 c
90 Un long roseau qu’avec adresse il enjolive. 6+6 c
         Et l’Esprit souriait à ses pauvres enfants ! 6+6 b
         Chacun s’en retourna, l’âme calme et ravie, 6+6 a
         Et Gitche Manito, le Maître de la Vie, 6+6 a
         Remonta par la porte entr’ouverte des cieux. 6+6 b
95 — À travers la vapeur splendide du nuage 6+6 c
         Le Tout-Puissant montait, content de son ouvrage, 6+6 c
         Immense, parfumé, sublime, radieux ! 6+6 b
mètre profil métrique : 6+6
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie