DES_1/DES72
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
LE VIEUX CRIEUR DU RHÔNE
À M. JARS
         On avait couronné la Vierge moissonneuse, 6+6 a
         Le village à la ville était joint par des fleurs, 6+6 b
         La jeunesse et l’enfance y mêlaient leurs couleurs, 6+6 b
         Et le vieillard riait d’une vendange heureuse. 6+6 a
5 Tout à coup le plaisir cessa, 8 c
         Comme le feu follet qui s’éteint dès qu’il brille ; 6+6 d
         Et dans l’ombre un long cri glaça 8 c
         Jusqu’au chant de la jeune fille. 8 d
         « Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré : 6+6 e
10 Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré ! 6+6 e
         « Elle n’a plus de voix pour sa douleur amère ; 6+6 a
         Sa clameur s’est changée en un silence affreux. 6+6 b
         L’enfant ne dira pas qu’il est bien malheureux ; 6+6 b
         Il ne prononce encor que le nom de sa mère. 6+6 a
15 « Quoi ! pas une voix ne répond ! 8 a
         Ne l’avez-vous pas vu jouer sur le rivage ? 6+6 b
         Hélas ! le Rhône est si profond, 8 a
         Et l’on est si faible à cet âge ! 8 b
         Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré : 6+6 c
20 Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré ! 6+6 c
         « Ses cheveux du blé mûr ont la couleur dorée, 6+6 a
         Ses yeux sont noirs et doux, ses dents croissent encor ; 6+6 b
         Ses pas abandonnés n’ont qu’un craintif essor, 6+6 b
         Et de bluets tantôt sa robe était parée. 6+6 a
25 « Vous pourrez le rencontrer nu, 8 a
         Car souvent la misère a dépouillé l’enfance : 6+6 b
         « Vous l’aurez bientôt reconnu, 8 a
         L’ange qui pleure sans défense ! 8 b
         Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré : 6+6 c
30 Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré ! » 6+6 c
         Le vieux crieur se tut : de la morne assemblée 6+6 a
         Il attendit longtemps un mot, un seul… en vain, 6+6 b
         Les mères enchaînaient leurs enfants sur leur sein, 6+6 b
         Et de vagues frayeurs cette nuit fut troublée. 6+6 a
35 On dit qu’un mendiant passa, 8 a
         Couvert d’affreux lambeaux, à la marche furtive, 6+6 b
         Et qu’un jeune cri s’élança 8 a
         Dans l’air avec la voix plaintive : 8 b
         « Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré : 6+6 c
40 Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré ! » 6+6 c
mètre profils métriques : 6+6, 8
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie