HUG_8/HUG58
Victor Hugo
Odes et Ballades
1826
ODES
LIVRE QUATRIÈME
ODE QUATORZIÈME
ÉPITAPHE
Hic praeteritos commemora dies, aeternos meditare.
         Jeune ou vieux, imprudent ou sage, 8 a
         Toi qui, de cieux en cieux errant comme un nuage, 6+6 a
         Suis l'instinct d'un plaisir ou l'appel d'un besoin, 6+6 b
         Voyageur, où vas-tu si loin ? — 8 b
5 N'est-ce donc pas ici le but de ton voyage ? 6+6 a
         La Mort, qui partout pose un pied victorieux, 6+6 a
         A couvert mes splendeurs d'ombres expiatoires. 6+6 b
         Mon nom même a subi son voile injurieux ; 6+6 a
         Et le morne oubli cache à ton œil curieux 6+6 a
10 S'il est dans mon néant quelqu'une de tes gloires. 6+6 b
         Passant, comme toi j'ai passé. 8 a
         Le fleuve est revenu se perdre dans sa source. 6+6 b
         Fais silence ; assieds-toi sur ce marbre brisé. 6+6 a
         Pose un instant le poids qui fatigue ta course : 6+6 b
15 J'eus de même un fardeau qu'ici j'ai déposé. 6+6 a
         Si tu veux du repos, si tu cherches de l'ombre, 6+6 a
         Ta couche est prête, accours ! loin du bruit on y dort. 6+6 b
         Si ton fragile esquif lutte sur la mer sombre, 6+6 a
         Viens, c'est ici l'écueil ; viens, c'est ici le port ! 6+6 b
20 Ne sens-tu rien ici dont tressaille ton âme ? 6+6 a
         Rien, qui borne tes pas d'un cercle impérieux ? 6+6 b
         Sur l'asile qui te réclame, 8 a
         Ne lis-tu pas ton nom en mots mystérieux ? 6+6 b
         Éphémère histrion qui sait son rôle à peine, 6+6 a
25 Chaque homme, ivre d'audace ou palpitant d'effroi, 6+6 b
         Sous le sayon du pâtre ou la robe du roi, 6+6 b
         Vient passer à son tour son heure sur la scène. 6+6 a
         Ne foule pas les morts d'un pied indifférent : 6+6 a
         Comme moi, dans leur ville il te faudra descendre ; 6+6 b
30 L'homme de jour en jour s'en va pâle et mourant, 6+6 a
         Et tu ne sais quel vent doit emporter ta cendre. 6+6 b
         Mais devant moi ton cœur à peine est agité ! 6+6 a
         Quoi donc ! pas un soupir ! pas même une prière ! 6+6 b
         Tout ton néant te parle, et n'est point écouté ! 6+6 a
35 Tu passes ! — en effet, qu'importe cette pierre ? 6+6 a
         Que peut cacher la tombe à ton œil attristé ? 6+6 b
         Quelques os desséchés, un reste de poussière, 6+6 a
         Rien peut-être, — et l'éternité ! 8 b
mètre profils métriques : 6+6, 8
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie