BAN_16/BAN635
Théodore de Banville
SONNAILLES ET CLOCHETTES
1888
II
Chic
         O mon cœur, Paris têtu 7
         S'engouffre aux Montagnes Russes. 7
         Dis, que faudrait-il que tu 7
         Crusses ? 1
5 Le divin Paris moqueur, 7
         Pour qui l'or chante et rougeoie, 7
         Y roule et s'en donne à cœur 7
         Joie. 1
         En ce peuple sans amour 7
10 Coloré de folles gammes, 7
         Oh ! que de merveilles pour 7
         Dames ! 1
         Les gracieux farfadets 7
         Qu'épargnent tous les désastres, 7
15 Sur leurs robes plaquent des 7
         Astres. 1
         Parmi ces insanités, 7
         Avec leurs frimousses douces, 7
         Brillent les divinités 7
20 Rousses. 1
         Toute Ève a l'air d'un soleil 7
         Qui brûle, et sur chaque jambe 7
         Un bas céleste et vermeil 7
         Flambe. 1
25 Les messieurs, pleins de respect, 7
         Semblent venus de l'Autriche. 7
         Leurs plastrons ont un aspect 7
         Riche. 1
         Tel scintille Aldébaran 7
30 Faisant tourner sa rondache, 7
         Ils posent tous pour Caran 7
         D'Ache. 1
         Que de luxe et de gala ! 7
         Vois comme ils font bien la fête 7
35 Gravement, sans tourner la 7
         Tête. 1
mètre profils métriques : 1, 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie