BAU_1/BAU145
Charles Baudelaire
LES FLEURS DU MAL
1857-1861
SUPPLÉMENT AUX FLEURS DU MAL
IX
Le Jet d’eau
         Tes beaux yeux sont las, pauvre amante ! 8
         Reste longtemps sans les rouvrir, 8
         Dans cette pose nonchalante 8
         Où t’a surprise le plaisir. 8
5 Dans la cour le jet d’eau qui jase 8
         Et ne se tait ni nuit ni jour, 8
         Entretient doucement l’extase 8
         Où ce soir m’a plongé l’amour. 8
         La gerbe épanouie 6
10 En mille fleurs, 4
         Où Phœbé réjouie 6
         Met ses couleurs, 4
         Tombe comme une pluie 6
         De larges pleurs. 4
15 Ainsi ton âme qu’incendie 8
         L’éclair brûlant des voluptés 8
         S’élance, rapide et hardie, 8
         Vers les vastes cieux enchantés. 8
         Puis, elle s’épanche, mourante, 8
20 En un flot de triste langueur, 8
         Qui par une invisible pente 8
         Descend jusqu’au fond de mon cœur. 8
         La gerbe épanouie 6
         En mille fleurs, 4
25 Où Phœbé réjouie 6
         Met ses couleurs, 4
         Tombe comme une pluie 6
         De larges pleurs. 4
         Ô toi, que la nuit rend si belle, 8
30 Qu’il m’est doux, penché vers tes seins, 8
         D’écouter la plainte éternelle 8
         Qui sanglote dans les bassins ! 8
         Lune, eau sonore, nuit bénie, 8
         Arbres qui frissonnez autour, 8
35 Votre pure mélancolie 8
         Est le miroir de mon amour. 8
         La gerbe épanouie 6
         En mille fleurs, 4
         Où Phœbé réjouie 6
40 Met ses couleurs, 4
         Tombe comme une pluie 6
         De larges pleurs. 4
mètre profils métriques : 4, 8, 6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie