BAU_1/BAU56
Charles Baudelaire
LES FLEURS DU MAL
1857-1861
SPLEEN ET IDÉAL
LII
Le Poison
         Le vin sait revêtir le plus sordide bouge 6+6
         D’un luxe miraculeux, 7
         Et fait surgir plus d’un portique fabuleux 6+6
         Dans l’or de sa vapeur rouge, 7
5 Comme un soleil couchant dans un ciel nébuleux. 6+6
         L’opium agrandit ce qui n’a pas de bornes, 6+6
         Allonge l’illimité, 7
         Approfondit le temps, creuse la volupté, 6+6
         Et de plaisirs noirs et mornes 7
10 Remplit l’âme au de de sa capacité. 6+6
         Tout cela ne vaut pas le poison qui découle 6+6
         De tes yeux, de tes yeux verts, 7
         Lacs où mon âme tremble et se voit à l’envers… 6+6
         Mes songes viennent en foule 7
15 Pour se désaltérer à ces gouffres amers. 6+6
         Tout cela ne vaut pas le terrible prodige 6+6
         De ta salive qui mord, 7
         Qui plonge dans l’oubli mon âme sans remord, 6+6
         Et, charriant le vertige, 7
20 La roule défaillante aux rives de la mort ! 6+6
mètre profils métriques : 6+6, 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie