BEA_2/BEA7
Henri Beauclair
LES HORIZONTALES
1885
I
Les Feux du Ciel de Lit
Et le vent, soupirant sous le frais sycomore
Allait, tout parfumé, de Sodome à Gomorrhe.
VICTOR HUGO, Orientales.
I
         Or, le calme du soir et l'ombre étant venus, 6+6
         Comme au ciel scintillait l'Étoile de Vénus, 6+6
         Paris, prince de la Débauche, 8
         S'étendit sur son lit de velours et cria : 6+6
5 — Fini le sérieux ! Toi, viens, Luxuria, 6+6
         Compagne fidèle, à ma gauche ! 8
         Luxuria s'assit auprès du vieux Paris. 6+6
         — Hé bien ! Luxuria, tu n'as donc rien appris 6+6
         De neuf ? Toujours même rengaîne ? 8
10 Et nous allons encore, ainsi que chaque nuit, 6+6
         Boire au même flacon ? Vraiment, un soir d'ennui, 6+6
         J'irai me jeter à la Seine ! 8
         — Ah ! vous ne savez pas gter votre bonheur, 6+6
         Répondit sa compagne. Il est vrai, doux seigneur, 6+6
15 Que la rose est toujours la rose, 8
         Pourtant, depuis qu'Adam avec Ève a rêvé, 6+6
         Malgré toute recherche, on n'a pas mieux trouvé, 6+6
         Et c'est toujours la même chose ! 8
         — Sufficit ! dit Paris : d'ailleurs, je suis dispos, 6+6
20 C'est la loi que le loup dévore les troupeaux 6+6
         De moutons, dans la plaine immense ! 8
         A moi loup, les beautés brebis ! —Luxuria 6+6
         Se levant, souleva les rideaux et cria : 6+6
         — Vivat ! que la fête commence ! 8
II
25 Alors, un défi superbe commença, 6+6
         Et sous le ciel de lit, tout entier il passa. 6+6
III
         Elles trottinent, par groupes, 7
         Joyeuses, folles, le soir, 7
         Tortillant leurs maigres croupes, 7
30 Encombrant tout le trottoir. 7
         Elles sortent des passages, 7
         Plumes en apprentissages 7
         Ou bien fleurs — à moitié sages, 7
         Et ne demandant qu'à choir. 7
35 Blanchisseuses et cousettes, 7
         elles trottent, elles vont, 7
         Tout en faisant des risettes. 7
         Sur le boulevard profond, 7
         Elles trottent et sur elles, 7
40 Peu craintives tourterelles, 7
         Le vautour aux noires ailes, 7
         Paillard, vieux ou jeune, fond ! 7
         Or une large voix du fond du lit venue : 6+6
         — Bravo, Luxuria ! ça va bien, continue ! 6+6
IV
45 Des fiacres. Il en vint à ne plus les compter. 6+6
         Alors Luxuria dans l'ombre fit monter 6+6
         Toutes les femmes adultères. 8
         D'aucunes, en tremblant, franchissaient les degrés, 6+6
         Pâles, avec des yeux de fièvres dévorés, 6+6
50 D'autres, avec des airs austères. 8
         Tout y passa, la goule ardente, au corps de feu, 6+6
         L'épouse langoureuse au front pur, à l'œil bleu, 6+6
         Qui pèche en disant ses prières ! 8
         Des femmes de trente ans, divines, ô Balzac ! 6+6
55 D'autres — oh ! monstrueux ! — qui n'avaient pas le sac 6+6
         Pour leurs dettes de couturières ! 8
         — Fichtre ! cria Paris, ça va de mieux en mieux, 6+6
         Mais, maintenant, il faut nous servir du joyeux ! 6+6
V
         Et, par une portière à demi-soulevée 6+6
60 Entrèrent des clameurs folles, et les accords 6+6
         Cascadeurs et vibrants de l'Évohé d'Orphée. 6+6
         L'alcôve reçut une avalanche de corps ! 6−6
         Toute la confrérie 6
         Qui rôtit le balai, 6
65 Dames de brasserie 6
         Et du corps de ballet, 6
         Petites cabotines 6
         Et chanteuses des chœurs, 6
         Celles dont les bottines 6
70 Écrasent tant de cœurs, 6
         Prima donna ! Divettes, 6
         Les étoiles qu'on sert, 6
         Pour chanter les fauvettes, 6
         Dans tout café concert. 6
75 Les belles qui ne filent 6
         Pas plus que les lys blancs 6
         Et, chaque soir, défilent 6
         En quête de galants. 6
         Entrent avec furie 6
80 Dans l'alcôve au complet, 6
         Toute la confrérie 6
         Fait flamber le balai ! 6
VI
         Minuit sonnait alors, et de l'alcôve claire 6+6
         Montaient des pleurs de joie et des cris de colère. 6+6
85 La Folie érotique étreignait les cerveaux, 6+6
         Et les lèvres cherchaient, par des baisers nouveaux, 6+6
         A calmer un instant l'ardeur des fièvres chaudes. 6+6
         Les bras entrelacés, marquises et ribaudes, 6+6
         Cousettes et catins, sous le commandement 6+6
90 Superbe et triomphal de Paris, doucement 6+6
         Se mirent à danser la valse lesbienne. 6+6
         — Ça va bien, dit Paris, quelle joie est la mienne ! 6+6
         Et Paris était las, pourtant, et son archet 6+6
         A marquer la cadence, à son côté penchait. 6+6
95 Les valseuses, avec leurs paupières mi-closes, 6+6
         En passant, effeuillaient, le long du lit, des roses. 6+6
         Leur grâce était sans force et leur sourire vain. 6+6
         Or, Paris fit venir, pour lui verser du vin, 6+6
         Voulant redoubler ses étreintes fatiguées, 6−6
100 De pâles jeunes gens aux hanches disloquées. 6+6
         Et, dans l'alcôve où gît l'hystérique Paris, 6+6
         Terribles, sont partis à l'instant de grands cris : 6+6
         «Encor ! Luxuria ! je suis très à mon aise 6+6
         Toute la vieille garde entra dans la fournaise ! 6+6
mètre profils métriques : 8, 6−6, 6, 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie