COP_5/COP154
François Coppée
Sonnets intimes et Poèmes inédits
1925
DEUXIÈME PARTIE
RONDEAU
         Son or rend-il gai l’homme riche ? 8
         Certes, les huîtres en bourriche, 8
         Le haut sauterne et les pois verts 8
         Lui font mieux passer les hivers 8
5 Qu’un pauvre aveugle sans caniche. 8
         Moi, le sort m’a fait cette niche 8
         De me trop mesurer la miche ; 8
         Mais, quelquefois, je trouve un vers 8
         Sonore. 2
10 Faire un whist à vingt francs la fiche 8
         Me paraît un bonheur postiche, 8
         Et je vois les Rothschild divers 8
         Sans les regarder de travers ; 8
         Car lequel d’un bon hémistiche 8
15 S’honore ! 2
mètre profils métriques : 8, 2
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie