DER_1/DER130
Tristan Derème
LA VERDURE DORÉE
1922
CXXX
A Pierre Benoit.
         J'ai mis des fleurs autour de ma flûte mélancolique 6+8
         Et, toujours exilé, soufflant sous les saules de l'île, 6+8
         J'ai tour à tour chan l'ombre et les roses transitoires, 6+8
         L'azur, les escargots, l'amour, la pipe et les étoiles : 6+8
5 Et l'on a vu parfois passeraux pages de mes livres 6+8
         Dans les vallons français des paons, des buffles et des tigres ; 6+8
         Et même, à la saison où jaunissent les blancs troènes, 6+8
         À cheval sur un bouc, j'allais réciter des poèmes ; 6+8
         Je proclamais l'espoir parmi les cendres et les roches, 6+8
10 Et le bouc indulgent s'endormait au bruit de mes strophes. 6+8
         On disait : « C'est un fou qui vit dans les éclats de rire, 6+8
         Et nul, pas même lui, ne devine ce qu'il veut dire. » 6+8
         Mais vous le comprenez, vous dont la tendresse m'entoure, 6+8
         Le douloureux tourment qui me soutient et qui m'étouffe, 6+8
15 Et vous avez senti que mes soupirs étaient sincères, 6+8
         Vous, amis d'Oloron, de Barcelone et de Bruxelles, 6+8
         De Toulouse, de Mons, d'Oxford, de Paris et de Tarbes, 6+8
         Et que sous mon sourire il y avait de pauvres larmes. 6+8
mètre profil métrique : 6+8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie