DES_1/DES25
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
LA PRIÈRE PERDUE
         Inexplicable cœur, énigme de toi-même, 6+6
         Tyran de ma raison, de la vertu que j’aime, 6+6
         Ennemi du repos, amant de la douleur, 6+6
         Que tu me fais de mal, inexplicable cœur ! 6+6
5 Si l’horizon plus clair me permet de sourire, 6+6
         De mon sort désarmé tu trompes le dessein ; 6+6
         Dans ma sécuri tu ne vois qu’un délire ; 6+6
         D’une vague frayeur tu soulèves mon sein. 6+6
         Si de tes noirs soupçons l’amertume m’oppresse, 6+6
10 Si je veux par la fuite apaiser ton effroi, 6+6
         Tu demandes du temps, quelques jours, rien ne presse ; 6+6
         J’hésite, tu gémis, je cède malgré moi. 6+6
         Que je crains, ô mon cœur, ce tyrannique empire ! 6+6
         Que d’ennuis, que de pleurs il m’a déjà cté ! 6+6
15 Rappelle-toi ce temps de liberté, 4+6
         Ce bien perdu dont ma fierté soupire. 4+6
         Tu me trahis toujours, et tu me fais pitié. 6+6
         Crois-moi, rends à l’amour un sentiment trop tendre ; 6+6
         Pour ton repos, si tu voulais m’entendre, 4+6
20 Tu n’en aurais encor que trop de la moitié ! 6+6
         « Non, dis-tu, non, jamais ! » Trop faible esclave, écoute, 6+6
         Écoute ! et ma raison te pardonne et t’absout : 6+6
         Rends-lui du moins les pleurs ! Tu vas céder sans doute ? 6+6
         Hélas ! non ! toujours non ! Ô mon cœur ! prends donc tout. 6+6
mètre profils métriques : 6+6, 4+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie