DES_1/DES30
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
L’INCONSTANCE
         Inconstance, affreux sentiment, 8
         Je t’implorais, je te déteste. 8
         Si d’un nouvel amour tu me fais un tourment, 6+6
         N’est-ce pas ajouter au tourment qui me reste ? 6+6
5 Pour me venger d’un cruel abandon, 4+6
         Offre un autre secours à ma fierté confuse. 6+6
         Tu flattes mon orgueil, tu séduis ma raison ; 6+6
         Mais mon cœur est plus tendre, il échappe à ta ruse. 6+6
         Oui, prête à m’engager en de nouveaux liens, 6+6
10 Je tremble d’être heureuse, et je verse des larmes ; 6+6
         Oui, je sens que mes pleurs avaient pour moi des charmes, 6+6
         Et que mes maux étaient mes biens. 8
         Si tu veux m’égarer dans l’amour que j’inspire, 6+6
         Si tu ne veux changer ton ivresse en remords, 6+6
15 Arrache donc mon âme à ses premiers transports, 6+6
         À ce tourment ai que rien ne peut décrire. 6+6
         Me sera-t-il payé, même par le bonheur ? 6+6
         Pour le gter jamais, mon âme est trop sensible : 6+6
         Je la donne au plaisir ; une pente invincible 6+6
20 La ramène vers la douleur. 8
         Comme un rêve mélancolique, 8
         Le souvenir de mes amours 8
         Trouble mes nuits, voile mes jours. 8
         Il est éteint ce feu, ce charme unique, 4+6
25 Éteint par toi, cruelle ! En vain à mes genoux, 6+6
         Tu promets d’enchner un amant plus aimable, 6+6
         Ce cœur blessé, dont l’amour est jaloux, 4+6
         Donne encore un regret, un soupir au coupable. 6+6
         Qu’il m’était cher ! que je l’aimais ! 8
30 Que par un doux empire il m’avait asservie ! 6+6
         Ah ! je devais l’aimer toute ma vie, 4+6
         Ou ne le voir jamais ! 6
         Que méchamment il m’a trompée ! 8
         Se peut-il que son âme en fût préoccue, 6+6
35 Quand je donnais à son bonheur 8
         Tous les battements de mon cœur ! 8
         Dieu ! comment se peut-il qu’une bouche si tendre 6+6
         Par un charme imposteur égare la vertu ? 6+6
         Si ce n’est dans l’amour, où pouvait-il le prendre, 6+6
40 Quand il disait : « Je t’aime, m’aimes-tu ? » 4+6
         Ô fatale inconstance ! ô tourment de mon âme ! 6+6
         Qu’as-tu fait de la sienne, et qu’as-tu fait de moi ? 6+6
         Non, ce n’est pas l’Amour, ce n’est pas lui, c’est toi 6+6
         Qui de nos jours heureux as désuni la flamme 6+6
45 Je ne pouvais le croire ; un triste étonnement 6+6
         Au cœur le plus sensible ôtait le sentiment. 6+6
         Mes pleurs se desséchaient à leur source brûlante, 6+6
         J’étais pâle, mourante ; 6
         Mes yeux désenchantés repoussaient l’avenir ; 6+6
50 Tout semblait m’échapper, tout, jusqu’au souvenir. 6+6
         Mais il revient, rien ne l’efface ; 8
         La douleur en fuyant laisse encore une trace. 6+6
         Si tu m’as vue un jour me troubler à ta voix, 6+6
         C’est que tu l’imitais, cet accent que j’adore : 6+6
55 Oui, cet accent me trouble encore, 8
         Et mon cœur fut créé pour n’aimer qu’une fois. 6+6
mètre profils métriques : 4+6, 8, 6+6, 6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie