DES_1/DES43
Marceline Desbordes-Valmore
POÉSIES
1830
ÉLÉGIES
LES DEUX MÈRES
         N’approchez pas d’une mère afflie, 4+6
         Enfant, je ne sourirai plus. 8
         Vos jeux naïfs, vos soins sont superflus, 4+6
         Et ma douleur n’en sera pas chane. 4+6
5 Laissez-moi seule à l’ennui de mon sort. 4+6
         Quand la vie à vos yeux s’ouvre avec tous ses charmes, 6+6
         Enfant, plaindriez-vous mes larmes ? 8
         Vous ne comprenez pas la mort. 8
         La mort ! ce mot qui glace l’espérance, 4+6
10 Ne touche pas votre heureuse ignorance. 4+6
         Ici le malheureux cherche un autre avenir : 6+6
         Hélas ! ne chantez pas lorsque j’y viens mourir. 6+6
         De ces noirs arbrisseaux l’immobile feuillage, 6+6
         Des pieuses douleurs les simples monuments, 6+6
15 D’un champ vaste, morne et sauvage, 8
         Sont les seuls ornements. 6
         L’écho de cette enceinte est une plainte amère. 6+6
         Qu’y venez-vous chercher ? Courez vers votre mère, 6+6
         Portez-lui votre amour, vos baisers et vos fleurs ; 6+6
20 Ces trésors sont pour elle, et pour moi sont les pleurs. 6+6
         Allez ! sur l’autre rive elle s’est arrêe ; 6+6
         Abandonnez vos fleurs au courant du ruisseau ; 6+6
         Doucement entraîné par l’eau, 8
         Qu’un bouquet vous annonce à son âme enchane. 6+6
25 Vous la verrez sourire, en attirant des yeux 6+6
         Ce don simple apporté par le flot du rivage ; 6+6
         Et, cherchant à fixer votre mobile image, 6+6
         Tressaillir à vos cris joyeux. 8
         Je l’aurais vue, au temps où j’excitais l’envie, 6+6
30 Même en vous caressant, rêver à mon bonheur. 6+6
         Cette suave joie, où se baignait mon cœur, 6+6
         N’est plus qu’un poison lent distillé sur ma vie. 6+6
         Mon triomphe est passé, le sien croît avec vous : 6+6
         C’est à moi de rêver à son bonheur suprême ; 6+6
35 Elle est mère, et je pleure. Ô sentiment jaloux ! 6+6
         On peut donc vous connaître au sein de la mort même ? 6+6
         Mais pour un cœur flétri les pleurs sont un bienfait : 6+6
         Le mien a respi du poids qui l’étouffait ; 6+6
         Celui de votre mère en tremblant vous appelle, 6+6
40 Courez vous jeter dans son sein. 8
         Ce jour est sans nuage, oh ! passez-le près d’elle ! 6+6
         Un beau jour a souvent un affreux lendemain. 6+6
         Ne foulez plus cette herbe où se cache une tombe ; 6+6
         D’un ange vous troublez le tranquille sommeil. 6+6
45 Dieu ne m’a promis son réveil 8
         Qu’en arrachant mon âme à mon corps qui succombe. 6+6
         Dans cet enclos désert, dans ce triste jardin, 6+6
         Tout semble m’annoncer ce repos que j’implore ; 6+6
         Et, sous un froid cyprès, mon sang, qui brûle encore, 6+6
50 Sera calme demain. 6
         Ô douce plante ensevelie ! 8
         Sur un sol immortel tes rameaux gracieux 6+6
         Couvriront ma mélancolie 8
         D’un ombrage délicieux. 8
55 Ta tige élevée et superbe 8
         Ne craindra plus le ver rongeur 8
         Qui veut la dévorer sous l’herbe, 8
         Comme il a dévoré ta fleur. 8
         Cette fleur, au temps échappée, 8
60 D’un rayon pur enveloppée, 8
         Reprendra toute sa beauté ; 8
         Son doux éclat fera ma gloire, 8
         Et le tourment de ma mémoire 8
         En sera la félicité. 8
65 Mais une jeune voix trouble encor ma prière 6+6
         Et m’arrache au bonheur que je viens d’entrevoir : 6+6
         Tout à coup ramenée aux songes de la terre, 6+6
         J’ai tressailli, j’ai cru le voir ! 8
         Oui ! j’ai cru te revoir, idole de mon âme, 6+6
70 Lorsqu’avec tant d’amour tu t’élançais vers moi. 6+6
         D’un flambeau consu rallume-t-on la flamme ? 6+6
         Non ! sa clarté trop vive est éteinte avec toi. 6+6
         Et vous qui m’attristez, vous n’avez en partage 6+6
         Sa beauté, ni la grâce où brillait sa candeur, 6+6
75 Enfant ! mais vous avez son âge : 8
         C’en est assez pour déchirer mon cœur ! 4+6
mètre profils métriques : 8, 6+6, 6, 4+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie