HUG_24/HUG1438
Victor Hugo
TOUTE LA LYRE
1888-1893
VII
XXIII
IX
MARGOT
         Je signais d'un grand paraphe 7
         Un billet doux bien écrit ; 7
         J'avais toute l'orthographe, 7
         Margot avait tout l'esprit. 7
5 Sa bouche, où quelque ironie 7
         Avait l'air de dire : osez, 7
         Était la Californie 7
         Des rires et des baisers. 7
         Que je fusse un imbécile, 7
10 C'était probable ; et pourtant 7
         La belle trouvait facile 7
         De m'adorer en chantant, 7
         Jusqu'au jour où, pour la mode 7
         Changeant d'amours et de ton, 7
15 Margot trouverait commode 7
         De devenir Margoton. 7
         Nous étions quelques artistes, 7
         Des poètes, des savants, 7
         Qui jetions nos songes tristes 7
20 Et nos jeunesses aux vents. 7
         Nous étions les capitaines 7
         De la fanfare et des chants, 7
         Des parisiens d'Athènes, 7
         Athéniens de Longchamps. 7
25 Moi, j'étais, parmi ces sages, 7
         Le rêveur qui parle argot, 7
         Met son cœur dans les nuages 7
         Et son âme dans — Margot. 7
         Gais canotiers de Nanterre, 7
30 Nous voguions sur le flot pur ; 7
         Margot lorgnait un notaire 7
         Quand je contemplais l'azur. 7
         Elle trouvait l'eau trop fraîche, 7
         Et préférait l'Ambigu, 7
35 Et s'écriait : Quand je pêche, 7
         C'est avec l'accent aigu. 7
         Le sort déchira ses voiles ; 7
         Elle s'enfuit, j'échappai ; 7
         Je montai dans les étoiles 7
40 Et Margot dans un coupé. 7
mètre profil métrique : 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie