MER_1/MER12
Stuart Merrill
Petits Poèmes d'Automne
1895
AMOUR D'AUTOMNE
XII
         Je ne sais plus par quelle contrée 3+6
         D’étoiles et de roses de lune 6+3
         Je t’ai perdue en cette vesprée 6+3
         Où nos voix se turent l'une après l’une. 4−6
5 Au loin, c’est comme un murmure d’ondes 3+6
         Coulant vers une mer inconnue. 6+3
         Nos yeux suivaient le rêve des mondes, 6+3
         Et notre âme attendait la venue 3+6
         Du Christ ou de la Vierge Marie 3+6
10 Dans les roses de lune et les étoiles. 6+4
         Au loin, le vent, comme un Dieu qui prie, 3−6
         Souffle vers la mer l’essor des voiles. 3−6
         Nos mains cherchaient l'ancienne caresse 6+3
         Et nos lèvres la vieille parole ; 6+3
15 Mais nos gestes étaient de détresse, 6+3
         Et nos mots tels un oiseau qui s’envole. 4+6
         Au loin, comme des oublis, les feuilles 9
         Voguent vers la mer où dort l’automne. 6+3
         Ses yeux et ses lèvres que tu cueilles, 3+6
20 Dieu d’hiver dont le soleil s’étonne, 3+6
         Refleuriront-ils comme les roses 6+3
         Et les étoiles que nous aimâmes ? 6+3
         Au loin, l’air est plein de voix moroses 3+6
         Et la mer chante la mort des âmes. 3+6
mètre profils métriques : 4=6, 3÷6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie