MOR_2/MOR61
Jean Moréas
Les Cantilènes
1886
HISTOIRES MERVEILLEUSES
MÉLUSINE
I
         Raimondin chevauche et son cheval l'emporte, 5+6
         Les rênes au col, à travers les futaies. 5+6
         Le vent berce sur l'eau l'ombre des futaies ; 6+5
         Sur l'eau la lune est blanche comme une morte. 5+6
5 Moins blanc sur l'eau le clair de la lune flotte, 6+5
         Moins blanc que le visage dolent du comte. 6+5
         Bien dolent, bien dolent est le cœur du comte. 5+6
         Dans la futaie et sur l'eau le vent soufflotte : 5+6
─────
         " les unes, sous les hauts hennins, 8
10 L'œil à mainte feintise idoine, 8
         Aux traînes que portent des nains 8
         Par les escaliers de sardoine ; 8
         D'autres, dont la grâce florit 8
         Comme une branche neuve, et toutes ; 8
15 Et la pucelle qui sourit 8
         Au chevalier vainqueur des joutes : 8
         Festins mentis aux affamés, 8
         Promise nef qui soudain cule, 8
         Leurres de fleuves tôt humés 8
20 Dans la hagarde canicule… 8
         Indicible, et le front vêtu 8
         De pierres gemmes en guirlande, 8
         Par quel géant gardée es-tu 8
         Aux grottes de Nortoberlande, 8
25 La prime et l'ultime, et pennon 8
         Où l'aure des promesses joue, 8
         Et molette de bon renom 8
         Brochant le désir qui s'ébroue ! " 8
─────
         Le vent berce sur l'eau l'ombre du bouleau, 6+5
30 Le vent berce la blanche lune sur l'eau. 6+5
         De la futaie une gente dame sort, 5+6
         Très doucement elle chante un très doux chant ; 5+6
         Le comte a le cœur abusé du doux chant, 5+6
         Le comte ne sait pas s'il veille ou s'il dort : 5+6
─────
35 " les papemors dans l'air violet 4+5
         Vont, et blonds et blancs comme du lait. 4+5
         Blonde suis, blanche comme du lait, 4−5
         En gone de velours violet. 4−5
         Les diaspes et les caldonies 5+4
40 Dardent sur mes tresses infinies. 5+4
         Mes pers yeux, mirances infinies, 5+4
         Fanent diaspes et caldonies. 4−5
         Feuilles et pétales parfumés, 5+4
         Montent, montent les rosiers ramés. 9
45 Ainsi que fleurs aux rosiers ramés, 4+5
         A mon buste mes seins parfumés. 9
         Des citoles avec des saltères 9
         Frémissent aux soirs des périptères. 5+4
         Ma parole aux soirs des périptères 5+4
50 Fait taire citoles et saltères : 5+4
         Targe sur les dangers ennemis 4−5
         Et bel-accueil "ceux-là sont promis, 4+5
         Sire comte, à votre vœu promis 5+4
         Plus haut que les pensers ennemis. " 4−5
II
55 Le vent souffle, souffle à travers la boulaie, 5+6
         Le cheval porte Raimondin, à sa guise. 11
         Sans qu'il lui tire la bride ou le conduise, 11
         Le cheval galope à travers la boulaie. 5+6
         Le comte est pâle comme un mort sous le heaume, 6+5
60 Sous le haubert dur son cœur garde une plaie. 5+6
         Le vent souffle, souffle à travers la boulaie. 5+6
         Elle frissonne au vent, l'aigrette du heaume : 6+5
─────
         " Sur le haut lit par l'évêque bénit, et fleuri 5−8
         D'écarlates tentures de Constantinople, 6−6
65 — Le si doux chant chantait juste, — la dame a guéri 13
         Mon cœur, de sa main, ambre de Constantinople, 6−6
         De ses clairs yeux, écus d'or et de sinople. 6+5
         Sur l'oreiller par l'évêque bénit, tout bro 5−8
         D'oisillons volants, sous les lambrequins en dôme, 6−6
70 — Le si doux chant chantait juste, — mon rêve a g 13
         Parmi la pompe de sa chevelure en dôme, 6−6
         Le sûr fruit de son corps, magistère et baume. 6+5
         Las ! Las ! Trop tard, trop tôt la male-bouche parla ; 5+8
         Le mal-souci parla de forfait et de rite. 6+6
75 Mon dieu, se pourrait-il, oh ! Se pourrait-il cela 5−8
         Hideux simulacre et démoniaque rite, 6+6
         Sur la couette par l'évêque bénite ! " 11
─────
         Le vent berce sur l'eau l'ombre du bouleau. 6+5
         De la futaie un triste, triste chant monte. 6+5
80 Le vent berce la blanche lune sur l'eau. 6+5
         Il ne sait pas s'il veille ou s'il dort, le comte. 5+6
         " Spectre clément à la vie, et comme 4+5
         De se voir réel il avait peur ; 5+4
         Ah ! Grand'peur il avait du labeur 4−5
85 Opiniâtre et failli de l'homme. 4+5
         L'anacampsérote au suc vermeil 5+4
         Est éclose : au cœur las panae ; 5+4
         Au flux de son aile cadene 5+4
         L'Iynge berce l'amer sommeil. 4−5
90 Mais le jaloux, dont la voix incite, 4+5
         S'essore des marges du missel 5+4
         Et dit : qu'il nous faut rompre le scel 5+4
         De l'incantation illicite. 9
         Alors c'est la chute et le confin 5+4
95 Du fier palais qu'abritait la nue ; 4+5
         Et voici qu'Entélékhia nue 9
         Rampe en le jour vertical et vain. " 4+5
mètre profils métriques : 8, 6−6, 4÷5, 5÷6, 5÷8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie