MUS_4/MUS157
Alfred de Musset
POÉSIES POSTHUMES
1824-1857
Boléro
         Quand résonne ta castagnette, 8
         La plus leste et la plus coquette, 8
         C’est Pépa, ma Pépita, 7
         Mon beau lutin 4
5 Qui rit soir et matin. 6
         Ah !… j’aime, j’aime… 4
         Ah ! ah !… j’aime cette enfant-là. 8
         Lorsqu’elle danse le dimanche, 8
         L’œil au vent, le poing sur la hanche, 8
10 Ah ! Pépita, ma Pépita, 8
         Tes beaux yeux bleus 4
         Comme ils sont amoureux ! 6
         Ah !… j’aime… j’aime… 4
         Ah ! ah !… j’aime cette enfant-là. 8
15 Si jamais Pépa m’oublie, 7
         Si ma fleur, ma fleur chérie 7
         Tombe brisée ou flétrie, 7
         Toi, mon âme, et ma joie, et ma vie, 9
         Tu pourras me trahir 6
20 Et moi mourir !… 4
         Mais quelle folle ! O ma maîtresse ! 8
         Tes yeux pleins d’ivresse, 5
         Le Seigneur les a faits 6
         Aussi purs qu’ils sont beaux, aussi doux qu’ils sont vrais. 6+6
25 Allons ! ma belle 4
         Cœur brave et fidèle, 5
         Le soleil est dans les cieux. 7
         Viens danser, viens chanter, et nous mourrons joyeux. 6+6
mètre profils métriques : 5, 7, 8, 4, 6, 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie