ROL_3/ROL315
Maurice Rollinat
Paysages et Paysans
1899
Trois Ivrognes
         Au cabaret, un jour de grand marché forain, 6+6
         Un bel ivrogne, pâle, aux longs cheveux d'artiste, 6+6
         Dans le délire ardent de son esprit chagrin, 6+6
         Ainsi parla, debout, d'une voix âpre et triste : 6+6
5 « R'bouteux, louvʼtier, batteur d'étangs et de rivière, 6+6
         Menuisier, 3
         Avec tous ces états j'réussis qu'une affaire : 6+6
         M'ennuyer ! 3
         Arrangez ça ! d'unʼ part, j'vois q'doutance et trompʼrie ; 6+6
10 D'l'autʼ côté, 3
         J'trouvʼ le mensongʼ trop l'mêmʼ, l'existencʼ trop pourrie 6+6
         D'vérité. 3
         Oui ! j'cherche tant l'dessous de c'que j'touchʼ, de c'que j'rêve 6+6
         Inquʼet d'tout, 4
15 Que j'suis noir, idéal, mélancoliqʼ sans trêve, 6+6
         Et partout. 3
         Donc, quand ça m'prend trop fort, j'sors du bois, j'quittʼ la berge, 6+6
         L'établi, 3
         Et, c'est plus fort que moi, ya pas ! j'rentre à l'auberge 6+6
20 Boirʼ l'oubli. 3
         C'est des fameusʼ sorcièrʼ, allez ! les liqueurs fortes 6+6
         Contʼ les rʼmords, 3
         Contʼ soi-mêmʼ, contʼ les autrʼ, contʼ la poursuitʼ des mortes 6+6
         Et des morts ! 3
25 Je m'change, à forcʼ de tʼter le lait rouge des treilles, 6+6
         L'horizon ! 3
         Vivʼ la vignʼ pour brûler dans l'sang chaud des bouteilles 6+6
         La raison ! 3
         Étant saoul, j'osʼ me fier à la femmʼ, c't'infidèle 13
30 Qui nous ment, 3
         Rʼgarder la tombe avec mes yeux d'personnʼ mortelle, 6+6
         Tranquillʼment. 3
         J'imaginʼ que la vie éternellement dure, 6+6
         Et qu'enfin, 3
35 La misèrʼ d'ici-bas n'connaît plus la froidure 6+6
         Ni la faim. 3
         J'crois qu'iʼ n'ya plus d'méchants, plus d'avarʼ, plus d'faussaires, 6+6
         Et j'suis sûr 3
         Q'l'épouse est innocentʼ, l'ami vrai, l'hommʼ sincère, 6+6
40 L'enfant pur. 3
         Terre et cieux qui, malgré tout c'que l'rêve en arrache, 6+6
         Restʼ discrets, 3
         M'découvrʼ leurs vérités, m'crèvʼ les yeux de c'qu'iʼcachent 6+6
         De secrets. 3
45 Allons, ris ma pensée ! Esprit chantʼ ! sois en joie 6+6
         Cœur amer ! 3
         Que l'bon oubli d'moi-mêmʼ montʼ, me berce et me noie 6+6
         Commʼ la mer ! 3
         Plus d'bail avec l'ennui ! j'ai l'âmʼ désabonnée 6+6
50 Du malheur, 3
         Et, dépouillé d'mon sort, j'crache à la destie 6+6
         Ma douleur. 3
         Tʼnez ! l'paradis perdu dans la boisson j'le rʼtrouve : 6+6
         Donc, adieu 3
55 Mon corps d'hommʼ ! C'est dans l'être un infini q'j'éprouve : 6+6
         Je suis Dieu ! » 3
         Deux vieux buveurs, alors, deux anciens des hameaux 6+6
         Sourient, et, goguenards, ils échangent ces mots : 6+6
         « C'citoyen-là ? j'sais pas, pourtant, j'te fais l'pari 6+6
60 Q'c'est queqʼ faux campagnard, queqʼ échappé d'Paris. 5+5
         I'causʼ savant commʼ les monsieurs, 8
         Ça dépend ! pʼtêtʼ ben encor mieux ; 8
         Mais, tout ça c'est chimèrʼ, tournures, 8
         Qui n'entʼ pas dans nos comprenures. 7
65 I'dit c't'hommʼ maigrʼ, chevʼlu comme un christ de calvaire, 11
         Qu'à jeun i' rʼgardʼ la vie en dʼsous, 8
         Mais qu'iʼ sait les sʼcrets des mystères 8
         Et d'vient l'bon Dieu quand il est saoul… 8
         Alors, dans c'moment-là qu'iʼ sʼrait l'maîtr' de c'qu'iʼ veut, 6+6
70 Q'pour lui changer l'tout s'rait qu'un jeu, 8
         Pourquoi qu'à son idée i' r'fait donc pas la terre ? 6+6
         M'semblʼ qu'iʼ déclare aussi q'venant d'boire un bon coup 6+6
         I'croit qu'ya plus d'cornards, plus d'canaillʼ, plus d'misère, 6+6
         Moi ! j'vois pas tout ça dans mon verre. 8
75 I'dit qu'à s'enivrer i' s'quitte et qu'il oublie 6+6
         C'qu'il était : c'est qu'iʼ boit jusqu'à s'mettre en folie. 6+6
         Moi, j'sais ben qu'à chaqu'fois je rʼtrouvʼ dans la boisson 6+6
         Ma personnʼ dans sa mêmʼ façon, 8
         Sauf que les jambʼ sont pas si libres 8
80 Et que l'ballant du corps est moins fermʼ d'équilibre, 6+6
         Tandis qu'à lui, son mal qu'iʼ croit si bien perdu 6+6
         Va s'r'installer plus creux, unʼ fois l'calme r'venu, 6+6
         Dans sa vieille env'loppʼ d'âmʼ toujou sa même hôtesse. 6+6
         C'est ses lendʼmains d'boisson qui lui font tant d'tristesse. » 6+6
85 « J'suis d'ton avis. L'vin m'donnʼ plus d'langue et plus d'entrain, 6+6
         Sur ma route i' m'fait dérailler un brin, 5+5
         Avec ma vieillʼ, des fois, rend ma bigeadʼ plus tendre 6+6
         Mais damʼ ! quand ya d'l'abus, quoi que c't'hommʼ puissʼ prétendre, 6+6
         La machine à gaieté dʼvient machine à chagrin. 6+6
90 Le vin, c'est commʼ la fʼmelle : i' n'faut pas trop en prendre ! » 6+6
mètre profils métriques : 5+5, 3, 8, 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie