ROL_3/ROL332
Maurice Rollinat
Paysages et Paysans
1899
Un Déjeuner champêtre
         La Justice tardant à faire la lee 6+6
         Du cadavre lardé de coups, 8
         Les gendarmes, là-bas, mangent sur leurs genoux, 6+6
         En attendant son arrivée. 8
5 L'énorme assassi que la vermine mange 6+6
         Repose encore assez loin d'eux. 8
         Il dort au fond du val son gisement hideux 6+6
         Entre quatre grands murs de grange. 8
         Pourtant, de leur côté, passe claquante et lourde 6+6
10 Une brise d'orage où poind 8
         La puanteur subtile et de moins en moins sourde 6+6
         Que le corps souffle de son coin. 8
         Puis, le miasme épaissit, substituant son goût 6+6
         À celui de leurs victuailles : 8
15 Ils mangent du cadavre exhalant coup sur coup 6+6
         Tout le poison de ses entrailles. 8
         « Ma foi ! moi j'n'y tiens plus ! dit le grand au petit : 6+6
         Qui diable aurait jamais cru qu'à pareillʼ distance 6+6
         Ça s'rait v'nu jusque-là nous couper l'appétit ? » 6+6
20 L'autre répond : « Pour moi ça n'a pas d'importance ! 6+6
         C'est vrai que l'vent, complicʼ du mort, 8
         Pour l'instant promène un peu fort 8
         Le désagrément d'son haleine, 8
         Mais, on s'yhabitue à la fin… 8
25 Et, ma foi, tant pis ! j'ai si faim 8
         Que j'mang'rai ma part et la tienne ! » 8
         Le voiturier qui vient, un grave et vieux barbon, 6+6
         Conclut : « Ellʼ s'en fout la nature, 8
         Q'ça sentʼ mauvais ou q'ça sentʼ bon ! 8
30 La terrʼ donnʼ des fleurs et r'çoit d'la pourriture. » 11
mètre profils métriques : 6+6, 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie