TOU_2/TOU266
Paul Jean Toulet
VERS INÉDITS
1880-1919
POÈMES
XXIV
As you like it
(Comme vous voudrez)
1
Les Chasseurs
         Le printemps aux mains parfumées 8
         S'efface comme le mirage, 8
         Et la pluie, fille de l'ouest, 8
         Ne pleure plus sur le feuillage. 8
Les Forestiers
5 Voici l'é revenu, qui mûrit 4+6
         Les moissons ivres de lumière. 8
         L'arc détendu dans vos mains s'alourdit ; 4+6
         Et le chevreuil, auprès des sources fraîches, 4+6
Les Chasseurs
         Mais demain, vieillards, c'est l'automne. 8
10 C'est le gibier qui tremble, et fuit sous le couvert ; 6+6
         Et, près du vin nouveau qui saigne dans les tonnes, 6+6
         C’est le rire des vendangeuses 8
         Aux lèvres rouges de raisin, 8
         Dont le rire raille et la course devance 11
15 Vos pas lointains. 4
Les Forestiers
         Non, demain c'est l'hiver, et la plaine glae 6+6
         D'où l'on entend crier sous la nuée 4+6
         Les échassiers qui volent en triangle ; 4+6
         Et notre fer, qui du bois dépouillé 4+6
20 Fait retentir les branches… 6
Tous
         … L'hiver qui lentement éveille 8
         Dessous le gel le grain fécond, 8
         Comme un autre hiver plus profond 8
         Fera lever un autre germe 8
25 Au fond de nous. 4
2
         OUI, nous avons, en des jours plus heureux, 4+6
         Obéi la chanson des cloches 8
         Et connu des festins joyeux 8
         Avant que d'habiter les antres ténébreux 6+6
30 Et du désert la dangereuse approche. 4+6
         La jeunesse eut pour nous ses charmes 8
         Et nous avons goûté les larmes 8
         De la pitié ! 4
         Hélas, où sont nos beaux dimanches, 8
35 Mai verdoyant quand sous les branches 8
         La source fait taire ses pleurs ? 8
         Où sont les jours d'hiver, où les vitres sont blanches 6+6
         Du givre en fleurs ? 4
         Le temps n'est plus dans ma chambre bien peinte, 4+6
40 Ramassé sous ma courtepointe, 8
         Enfant peureux, d’ouïr le vent gla 4+6
         Percer la cheminée éteinte 8
         Et ces plaintes du Nord où la mort a passé, 6+6
         Et vous, nuits où la chantante pluie 4+6
45 Qui bat la feuille a si souvent bercé 4+6
         Ma mélancolie ! 5
3
         VOUS dites vrai. Cet Univers n'est que spectacle ; 4+4+4
         Nous, des comédiens 6
         Avec leurs entrées, leurs répliques. 8
50 Dans une pièce en sept tableaux. 8
         — D'abord, l’enfant criard, bercé des femmes ; 4+6
         Le bambin aux joues de printemps 8
         Qui traîne en allant à l'école, 8
         — L'amant soumis au bel œil de sa dame. 4+6
55 — Le soldat glorieux, pareil aux léopards, 6+6
         Tout hérissé de barbes et de dards. 4+6
         — Le juge suit de près, dont la démarche grave 6+6
         Berce sa prudence et son lard, 8
         — Mais déjà, sixième tableau, 8
60 Pantalon flotte en ses houseaux 8
         Et chevrote un rôle sans gloire. 8
         — Le dénouement de cette histoire 8
         C'est la seconde enfance en des langes nouveaux. 6+6
         Des pas trnants qui tâtent le tombeau, 4+6
65 C'est un aveugle, un sourd, sans amour, sans mémoire. 6+6
4
Amiens (chante)
         SOUS l'âpre aiguille du mélèze, 8
         Je cherche qui chante avec moi. 8
         Mais de si amoureuse voix 8
         Que l’oiseau lui-même se taise. 8
70 Qu'il vienne ici, qu'il vienne ici 8
         Loin de tout ennemi. 6
         Le mauvais temps sera tout son malaise, 4+6
         L'hiver son seul souci. 6
         Du soleil et l'herbe prochaine, 8
75 Près de la source aux noirs roseaux ; 8
         Le gibier du bois et des eaux, 8
         Les fruits que la saison ramène ; 8
         Si d'autres buts tu ne poursuis, 8
         Ah, viens ici. 4
80 L'hiver sera ta seule peine, 8
         Le froid, ton seul souci. 6
Jacques (chante)
         Si quelque homme, par aventure, 8
         Est assez âne, sur ma foi, 8
         De laisser ses biens et son toit. 8
85 Pour suivre la libre nature, 8
         D'être le seul qu'il n'ait souci : 8
         Il peut trouver ici 6
         Près de moi, près de moi, plus fol encor que lui. 6+6
5
Jacques (chante)
         O MEURTRIER du cerf léger, 8
90 Que faut-il pour te louanger ? 8
         De son cimier veux-tu qu'on t'orne ? 8
         Va, ne crois pas être le seul 8
         Dont la gloire au plumail se borne. 8
         De la noce jusqu'au linceul, 8
95 J'en jure Hélène ou Maritorne, 8
         Tel fut ton père ou ton aïeul. 8
         Porte donc, sans être plus morne, 8
         Époux, amant, 4
         Joyeusement, joyeusement, 8
100 Chapeau de cornes … cornes… cornes… 8
6
Chanson
         SOUFFLE, ô vent d'hiver, 5
         Ton souffle est moins amer 6
         Que n'est l'ingratitude 6
         Et tu n'es pas si rude 6
105 Aux feuilles et aux fleurs 6
         Qu’un amour qu'on oublie 6
         N'est cruel à nos cœurs. 6
         Pourquoi rêver à l'erreur d'un autre âge, 4+6
         Et réveiller tous ces riants mirages. 4+6
110 Plaisir, amour, qui trompèrent nos cœurs ? 4+6
         Gtons la paix et les voix du bocage. 4+6
         Ciel d'hiver, ciel de fer, 6
         Tes pleurs sont moins amers 6
         Que n'est l'ingratitude ; 6
115 Et toi plus corrosive, 6
         Amitié perdue 6
         Que le gel ou le givre. 6
         Pourquoi chanter encor, sous le feuillage ? 4+6
         L'éaussi, ce ne fut qu'un mirage. 4+6
120 Comme la vie a fané notre cœur 4+6
         Novembre insulte à la fleur du bocage. 4+6
7
Madrigaux d’Orlando :
1
         DE l'Inde jusqu'aux Grandes Indes 8
         Sur les bords du lointain Cathay, 8
         Quel objet t'égale en beauté, 8
125 Ma Rosalinde ? 4
2
         La fleur pendante des lianes 8
         Jette son âme au soir qui pâme à les bercer. 6+6
         L'œil d'un Faune furtif brille à te voir passer, 6+6
         Rosalinde ou Diane. 6
3
130 Au sein de la forêt profonde 8
         Je veux que tout ramage abonde 8
         A la chanter, et toute fleur ; 8
         Qu'il n'y ait arbre qui ne clame 8
         La louange qu’elle réclame. 8
135 Par-dessus Flore ou Blanchefleur 8
         Son charme insulte à chaque belle : 8
         Que sont les roses auprès d'elle, 8
         Rosalinde, jardin en fleur ? 8
mètre profils métriques : 4+6, 6, 5, 4, 8, 6=6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie