VER_17/VER709
Paul Verlaine
Chair
Dernières Poésies
1896
LA BONNE CRAINTE
         LE diable de Papefiguière 8
         Eut tort, d’accord, d’être effrayé 8
         De quoi, bons Dieu ! 4
         Mais que veut-on que je requière 8
5 A son encontre, moi qui ai 8
         Peur encor mieux ? 4
         Eh quoi, cette grâce infinie 8
         Délice, délire, harmonie 8
         De cette chair, 4
10 O femme, ô femmes, qu’est la vôtre 8
         Dont le mol péché qui s’y vautre 8
         M’est si cher 3
         Aboutissant, c’est vrai, par quelles 8
         Ombreuses gentiment venelles 8
15 Ou richement, 4
         Légère toison qui ondoie, 8
         Toute de jour, toute de joie 8
         Innocemment, 4
         Or frisotté comme eau qui vire 8
20 Où du soleil tiède se mire 8
         Et qui sent fin, 4
         Lourds copeaux si minces ! d’ébène 8
         Tordus, sans nombre, sous l’haleine 8
         D’étés sans fin 4
25 Aboutissant à cet abîme 8
         Douloureux et gai, vil, sublime, 8
         Mais effrayant 4
         On dirait de sauvagerie, 8
         De structure mal équarrie, 8
30 Clos et béants. 4
         Oh ! oui, j’ai peur, non pas de l’antre 8
         Ni de la façon qu’on y entre 8
         Ni de l’entour, 4
         Mais, dès l’entrée effectuée 8
35 Dans l’âpre caverne d’amour, 8
         Qu’habituée 4
         Pourtant à l’horreur fraîche et chaude, 8
         Ma tête en larmes et en feu, 8
         Jamais en fraude, 4
40 N’y reste un jour, tant vaut le lieu ! 8
mètre profils métriques : 8, 4
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie