VER_19/VER906
Paul Verlaine
Hombres (hommes)
1891
XIV
         Ô mes amants, 4
         Simples natures, 4
         Mais quels tempéraments ! 6
         Consolez-moi de ces mésaventures 4+6
5 Reposez-moi de ces littératures, 4+6
         Toi, gosse pantinois, branlons-nous en argot. 6+6
         Vous, gas des champs, patoisez moi l’écot, 4+6
         Des pines au cul et des plumes qu’on taille, 11
         Livrons-nous dans les bois touffus 8
10 La grande bataille 5
         Des baisers confus. 5
         Vous, rupins, faisons-nous des langues en artistes 6+6
         Et merde aux discours tristes, 6
         Des pédants et des cons. 6
15 (Par cons, j’entends les imbéciles, 8
         Car les autres cons sont de mise 8
         Même pour nous, les difficiles, 8
         Les spéciaux, les servants de la bonne Église 4+8
         Dont le pape serait Platon 8
20 Et Socrate un protonotaire 8
         Une femme par-ci, par-là, c’est de bon ton 6+6
         Et les concessions n’ont jamais rien perdu 6+6
         Puis, comme dit l’autre, à chacun son 4+6
         Et les femmes ont, mon dieu, droit à notre gloire 6−6
25 Soyons-leur doux, 4
         Entre deux coups 4
         Puis revenons à notre affaire). 8
         Ô mes enfants bien aimés, vengez-moi 4+6
         Par vos caresses sérieuses 8
30 Et vos culs et vos nœuds régals vraiment de roi, 6+6
         De toutes ces viandes creuses 8
         Qu’offre la rhétorique aux cervelles breneuses 6+6
         De ces tristes copains qui ne savent pourquoi. 6+6
         Ne métaphorons pas, foutons 8
35 Pelotons nous bien les roustons 8
         Rinçons nos glands, faisons ripailles 8
         Et de foutre et de merde et de fesses et de cuisses. 13
mètre profils métriques : 6=6, 4, 6, 4+6, 5, 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie