APO_2/APO38
Guillaume Apollinaire
ALCOOLS
1913
LA CHANSON DU MAL-AIMÉ
         Voie lactée ô sœur lumineuse 8
         Des blancs ruisseaux de Chanaan 8
         Et des corps blancs des amoureuses 8
         Nageurs morts suivrons nous d'ahan 8
5 Ton cours vers d'autres nébuleuses 8
         Regret des yeux de la putain 8
         Et belle comme une panthère 8
         Amour vos baisers florentins 8
         Avaient une saveur amère 8
10 Qui a rebuté nos destins 8
         Ses regards laissaient une traîne 8
         D'étoiles dans les soirs tremblants 8
         Dans ses yeux nageaient les sirènes 8
         Et nos baisers mordus sanglants 8
15 Faisaient pleurer nos fées marraines 8
         Mais en vérité je l'attends 8
         Avec mon cœur avec mon âme 8
         Et sur le pont des Reviens-t'en 8
         Si jamais reviens cette femme 8
20 Je lui dirai Je suis content 8
         Mon cœur et ma tête se vident 8
         Tout le ciel s'écoule par eux 8
         O mes tonneaux des Danaïdes 8
         Comment faire pour être heureux 8
25 Comme un petit enfant candide 8
         Je ne veux jamais l'oublier 8
         Ma colombe ma blanche rade 8
         O marguerite exfoliée 8
         Mon île au loin ma Désirade 8
30 Ma rose mon giroflier 8
         Les satyres et les pyraustes 8
         Les égypans les feux follets 8
         Et les destins damnés ou faustes 8
         La corde au cou comme à Calais 8
35 Sur ma douleur quel holocauste 8
         Douleur qui doubles les destins 8
         La licorne et le capricorne 8
         Mon âme et mon corps incertains 8
         Te fuient ô bûcher divin qu'ornent 8
40 Des astres des fleurs du matin 8
         Malheur dieu pâle aux yeux d'ivoire 8
         Tes prêtres fous t'ont-ils paré 8
         Tes victimes en robe noire 8
         Ont-elles vainement pleuré 8
45 Malheur dieu qu'il ne faut pas croire 8
         Et toi qui me suis en rampant 8
         Dieu de mes dieux morts en automne 8
         Tu mesures combien d'empans 8
         J'ai droit que la terre me donne 8
50 O mon ombre ô mon vieux serpent 8
         Au soleil parce que tu l'aimes 8
         Je t'ai menée souviens-t'en bien 8
         Ténébreuse épouse que j'aime 8
         Tu es à moi en n'étant rien 8
55 O mon ombre en deuil de moi-même 8
         L'hiver est mort tout enneigé 8
         On a brûlé les ruches blanches 8
         Dans les jardins et les vergers 8
         Les oiseaux chantent sur les branches 8
60 Le printemps clair l'Avril léger 8
         Mort d'immortels argyraspides 8
         La neige aux boucliers d'argent 8
         Fuit les dendrophores livides 8
         Du printemps cher aux pauvres gens 8
65 Qui resourient les yeux humides 8
         Et moi j'ai le cœur aussi gros 8
         Qu'un cul de dame damascène 8
         O mon amour je t'aimais trop 8
         Et maintenant j'ai trop de peine 8
70 Les sept épées hors du fourreau 8
         Sept épées de mélancolie 8
         Sans morfil ô claires douleurs 8
         Sont dans mon cœur et la folie 8
         Veut raisonner pour mon malheur 8
75 Comment voulez-vous que j'oublie 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie