BAN_17/BAN700
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
Soleil couchant
         Dans la rouge fournaise | et les brasiers fleuris 6+6
         Le soleil couchant brûle | au-dessus de Paris, 6+6
         Tandis qu'entre les murs | étouffants de la ville, 6+6
         Une foule indolente, | affairée et servile 6+6
5 De femmes étalant | des ornements royaux 6+6
         Et d'hommes ficelés | et coiffés de tuyaux 6+6
         Marche sur le bitume | en file irrégulière, 6+6
         Et que grouille au hasard | la noire fourmilière. 6+6
         Dans le ciel qui se fait | un jeu d'associer 6+6
10 La douce rose avec | des crudités d'acier ; 6+6
         Dans le ciel éclatant | de sang, d'or et de soufre 6+6
         Se tord de désespoir | tout un peuple qui souffre ; 6+6
         Ce sont les Dieux, les rois, | les guerriers, les vainqueurs, 6+6
         Ceux qui donnent pour nous | tout le sang de leurs cœurs. 6+6
15 Dans la flamme, pareille | à des oranges mûres, 6+6
         Ce sont les Dieux, casqués, | mitrés, couverts d'armures, 6+6
         Bourreaux du néant sombre | et du marais hideux. 6+6
         On les voit désolés | et tristes. Autour d'eux, 6+6
         Parmi les feux rougis, | passent des chars qui roulent 6+6
20 Et des fleuves de feu | dans la clarté s'écroulent. 6+6
         Des animaux, chevaux, | grands lions, aigles roux, 6+6
         Brillent dans un éclair | d'orage et de courroux ; 6+6
         Et devant tous les rois | appart, la première, 6+6
         Une figure blanche | et faite de lumière, 6+6
25 Dont le visage clair | et pénétré de jour 6+6
         Épand une clarté | de douceur et d'amour. 6+6
         Et les Dieux dans le ciel | brûlant qui s'irradie 6+6
         Se tordent, frémissants, | mordus par l'incendie. 6+6
         Sentant s'ouvrir pour eux | le gouffre incandescent, 6+6
30 Ils exhalent enfin | leur plainte, et s'adressant 6+6
         A l'homme, qui n'a plus | d'espoir ni de bravoure, 6+6
         Cependant que la flamme | atroce les entoure 6+6
         Et dévore leurs fronts | vermeils et leurs cheveux, 6+6
         Ils disent : Nous mourons | parce que tu le veux ! 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie