BAN_17/BAN708
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
Salve !
         Un chariot t'emporte, | à l'heure l'aube nt. 6+6
         Cochon vorace en qui | l'homme se reconnt, 6+6
         Cochon rose, à travers | Paris qui vient d'éclore, 6+6
         Sous les premiers rayons | frissonnants de l'aurore, 6+6
5 Splendide orfèvrerie | brille un cabochon, 6+6
         Pauvre être que baisait | la lumière, Cochon, 6+6
         Tu vas, mal secouru | par ton pauvre génie, 6+6
         Mourir sous le couteau | comme une Iphigénie, 6+6
         Et quand tu tomberas | sous le coup meurtrier, 6+6
10 On mettra sur ta tête | affreuse un noir laurier. 6+6
         Hier pourtant, ignorant | encor la peine dure, 6+6
         Tu te vautrais dans les | délices de l'ordure, 6−6
         Heureux, sordide, en proie | à tes vils appétits, 6+6
         Auprès de ta femelle | et de tous ses petits. 6+6
15 O Cochon monstrueux, | goulu, pareil à l'homme, 6+6
         Tu semblais dans ta fange | un empereur de Rome ; 6+6
         Alors, taché de rose, | éblouissant, vermeil, 6+6
         On t dit que sous les | caresses du soleil 6−6
         Tu marchais dans les ors | fous des apothéoses, 6+6
20 Et qu'il pleuvait sur toi | de la flamme et des roses. 6+6
mètre profil métrique : 6−6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie