BAN_17/BAN736
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
Au Pierrot de Willette
         Cher Pierrot, qui d'un clin d'œil 7
         Me montre tout ce qui m'aime, 7
         J'aime ta joie, et ton deuil 7
         Même ! 1
5 Je t'aime, de froid transi 7
         Et terrassé par le jeûne, 7
         Et tremblant d'amour, et si 7
         Jeune ! 1
         J'aime ton regard de feu, 7
10 Ta bravoure et ton cœur mâle, 7
         Bien que tu sembles un peu 7
         Pâle. 1
         Car sous le céleste dais 7
         Tu vas, bon pour toutes choses, 7
15 Ayant même pitié des 7
         Roses. 1
         Charmé par le falbala, 7
         Tu t'en vas, l'âme ravie, 7
         Toujours déchiré par la 7
20 Vie. 1
         Avec son rire moqueur 7
         Elle te berce et t'enseigne 7
         Les vérités et ton cœur 7
         Saigne. 1
25 Ah ! comme il brille, éperdu, 7
         Le vin rose et peu sévère, 7
         Dans la transparence du 7
         Verre ! 1
         Ah ! que l'Amour, tu le sais, 7
30 Près des belles demoiselles, 7
         Nous caresse bien de ses 7
         Ailes ! 1
         Silencieux marmouset, 7
         Les fillettes vagabondes, 7
35 Tu les aimes, brunes et 7
         Blondes. 1
         Et quand elles prennent soin 7
         De se montrer pour toi douces, 7
         Tu les aimes, au besoin, 7
40 Rousses. 1
         Parmi les cieux musicaux 7
         Fuyant parfois nos désastres, 7
         Fou, tu t'envoles jusqu'aux 7
         Astres. 1
45 Lorsque devant toi passa 7
         Le doux Zéphyr qui l'emporte, 7
         Quel Éden a fermé sa 7
         Porte ? 1
         Va, tu peux le dire, aucun. 7
50 Par malheur, lorsqu'il s'achève, 7
         On le voit, ce n'était qu'un 7
         Rêve. 1
         Et beau festin de gala, 7
         Rire, clarté, fleur, étoile, 7
55 S'éteignent, quand tombe la 7
         Toile ! 1
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie