BAN_17/BAN738
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
A Gil Blas
pour l'anniversaire de sa naissance
         Souris ! parle ! invente ! joue ! 7
         Donc, en dépit des : hélas ! 7
         Ayant des fleurs sur ta joue, 7
         Tu grandis, petit Gil Blas ! 7
5 Et te voilà, dans ce siècle 7
         De Judic et de Renan, 7
         Bien moins vieux que sainte Thècle, 7
         Mais, en somme, âge d'un an ! 7
         Et ta chevelure pousse, 7
10 Proie offerte à Dalila. 7
         Un an, Gil Blas, et le pouce… 7
         Mais c'est un âge, cela ! 7
         Ton sang de pourpre circule 7
         Dans tes membres souverains, 7
15 Et, comme un petit Hercule, 7
         Déjà tu cambres tes reins. 7
         Ainsi qu'un dieu te l'accorde, 7
         Tu tends, mime éblouissant, 7
         Ton bel arc, où sur la corde 7
20 S'ajuste un trait frémissant ; 7
         Et déjà tes yeux dociles 7
         Au regard doux et moqueur 7
         Ont visé les imbéciles 7
         Pour les frapper en plein cœur ! 7
25 Oh ! parmi ces bons apôtres, 7
         Viens fondre comme un gerfaut ! 7
         Sois mauvais comme les autres 7
         Et méchant quand il le faut ! 7
         Va ! fouaille mainte pécore ! 7
30 Mais, clown aux grelots d'argent, 7
         Sache bien qu'il est encore 7
         Plus malin d'être indulgent ! 7
         Car tout charme, vers ou prose, 7
         Lorsque la bonté fleurit 7
35 Sur une lèvre de rose, 7
         Dans les flammes de l'esprit. 7
         Oui, l'esprit, l'esprit sans digue, 7
         L'esprit et l'esprit encor : 7
         Jette-le, comme un prodigue 7
40 Disperse au vent son trésor ! 7
         Que ton cœur exulte ou saigne, 7
         Crois que le bon rituel 7
         Est celui qui nous enseigne 7
         L'art d'être spirituel. 7
45 Et surtout garde la joie 7
         Comme un bien très précieux : 7
         Que toujours elle flamboie 7
         Dans ton rire et dans tes yeux ! 7
         Tes jours n'ont rien de sévère ; 7
50 Ils sont bons, savoure-les, 7
         Et remplis ton large verre 7
         A l'outre de Rabelais ! 7
         Souviens-toi que La Fontaine, 7
         Admiré des cieux jaloux, 7
55 Ne prenait pas de mitaine 7
         Pour causer avec les loups ; 7
         Que ton gai caprice vole 7
         Vers les divins enchanteurs, 7
         Et dans leur langue ivre et folle 7
60 Cause avec les vieux conteurs ! 7
         Il est souvent efficace 7
         Pour un esprit tourmenté 7
         De relire dans Boccace 7
         Un conte bien pimenté ; 7
65 Marguerite de Navarre, 7
         La chasseresse d'Amours, 7
         Ne se montre point avare 7
         De bons mots et de bons tours ; 7
         Les Cent Nouvelles nouvelles 7
70 Égrènent leurs diamants, 7
         Et jettent dans les cervelles 7
         Un tas de rêves charmants ; 7
         Et le bon seigneur Brantôme, 7
         Sans nulle sévérité, 7
75 Déshabille en plus d'un tome 7
         La déesse Vérité. 7
         Ces maîtres en l'art d'écrire, 7
         Gens d'honneur et de vertu, 7
         Sauront t'apprendre à bien rire : 7
80 Et pourquoi pleurerais-tu ? 7
         Paris, que l'Amour gouverne, 7
         Par les louves allaité, 7
         Est une aimable caverne, 7
         Charmante, hiver comme été. 7
85 Et c'est là que se démène, 7
         Agile et faisant son train, 7
         Cette Comédie Humaine 7
         Dont le souffleur est Vautrin ! 7
         Tout est gai, tout est comique, 7
90 Tout est matière à paris 7
         Dans la savante mimique 7
         De ce singulier Paris. 7
         Il trouve la mode ! il l'outre ! 7
         Il sait, pour donner le ton, 7
95 Vêtir de martre et de loutre 7
         Cidalise et Jeanneton. 7
         Et doucement, comme un pâtre, 7
         Il promène autour du lac 7
         Catinette et Cléopâtre, 7
100 Qui mettent les cœurs à sac ! 7
         Vois cette bizarre ville 7
         Où maint grec fait sauter l'as 7
         D'une façon fort civile, 7
         Et ris bien, petit Gil Blas ! 7
105 Là se mêle la gadoue 7
         Avec les perles d'Ophir 7
         Et les beaux cuirs de Cordoue ; 7
         Et c'est le même zéphyr 7
         Qui caresse avec délices 7
110 Les ors, les tissus anciens, 7
         Effleure les crânes lisses 7
         Des académiciens, 7
         Et qui devinant, plein d'aise, 7
         Plus de trésors que n'en a 7
115 Rothschild, effarouche et baise 7
         Les épaules de Nana ! 7
         Tandis que son œil s'allume, 7
         Vois-tu le blême Lousteau 7
         Saisir en hurlant sa plume 7
120 Comme on saisit un couteau ? 7
         Ève sur don Juan se greffe, 7
         Et sur son cœur, en chemin, 7
         Vois-tu madame Marneffe 7
         Meurtrir tout le genre humain ? 7
125 Jocrisse, invoquant la fée 7
         Qui remplit d'un doux émoi 7
         Le luth, dit : Je suis Orphée ! 7
         Jeannot dit : Balzac, c'est moi ! 7
         O l'étrange mascarade ! 7
130 Pompeux et superbe à voir, 7
         Bobèche fait sa parade 7
         Dans le monde, en habit noir ! 7
         L'éclectique Messaline 7
         En courant son guilledou, 7
135 Chante sainte Mousseline 7
         Sur un thème de Sardou ; 7
         Et plus loin le duc Alphonse, 7
         Ardent comme un léopard, 7
         Dans le bois sombre s'enfonce 7
140 Avec madame d'Espard. 7
         La Comédie éternelle 7
         S'agite comme il lui plaît. 7
         Là, voici Polichinelle 7
         Qui met la toque d'Hamlet ; 7
145 Et voulant se faire mordre, 7
         Un nabab autrichien 7
         Décoré de plus d'un ordre, 7
         Flirte avec Zoé Chien-Chien. 7
         Oh ! Gothon, vertu farouche ! 7
150 Béatrix, l'injure au bec ! 7
         Oh ! le financier Cartouche ! 7
         Le philanthrope Gobseck ! 7
         Oh ! Séraphita qui fume ! 7
         Agnès disant : palsambleu ! 7
155 Gavroche qui se parfume ! 7
         Iris qui boit du vin bleu ! 7
         Pierrot qui, l'âme accroupie, 7
         Prend des airs d'Agésilas ! 7
         Quelle mine de copie ! 7
160 Tu peux travailler, Gil Blas ! 7
         Va ! que ton art se déploie. 7
         Mais ce siècle agonisant 7
         A surtout besoin de joie : 7
         Avant tout, sois amusant ! 7
165 Garde ta gentille escrime 7
         En dépit des envieux. 7
         Il est bon d'être sublime, 7
         Mais être amusant, c'est mieux. 7
         Sois très bon pour le génie. 7
170 Ne le traite pas, hélas ! 7
         Ainsi qu'une Iphigénie. 7
         S'il paraît, mon cher Gil Blas, 7
         Montre de l'enthousiasme, 7
         Allume un brillant quinquet ! 7
175 Notre art est dans le marasme, 7
         Disait jadis Bilboquet ; 7
         Mais après tous nos désastres, 7
         Ne sois pas pharisien : 7
         S'il se lève enfin des astres 7
180 Dans le ciel parisien ; 7
         Si dans notre azur funèbre 7
         Ils s'allument, tout vermeils, 7
         Dis-le bien vite, et célèbre 7
         Ce nouveau tas de Soleils. 7
185 C'est en vain que tu soupires ! 7
         Ils ont droit à leurs Herschels. 7
         Sois juste pour nos Shaksperes 7
         Et galant pour nos Rachels. 7
         Admire les blanches gammes 7
190 De la neige dans un bain ; 7
         Sois toujours aimé des femmes, 7
         Comme le fut Chérubin. 7
         Enfin, sur la politique, 7
         Où s'escrime plus d'un chef, 7
195 Dis ton mot : qu'il soit caustique 7
         Et malin, rapide et bref ! 7
         Cours de surprise en surprise, 7
         Et va, fuyant tout réseau, 7
         Agile comme la brise 7
200 Et léger comme l'oiseau ! 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie