BAN_17/BAN759
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
Psyché
         Psyché, dont la grâce inouïe 8
         Charmait l'éther essentiel, 8
         Voltige, encor tout éblouie, 8
         Car elle vient du profond ciel. 8
5 Et pâle des apothéoses, 8
         Sa lèvre à l'orgueil indompté 8
         Boit dans le calice des roses 8
         Un élixir de volupté. 8
         Tantôt folâtre et sérieuse, 8
10 Avec l'oubli des jours défunts, 8
         Elle sourit, victorieuse, 8
         Dans la lumière et les parfums. 8
         Mais fier comme Hermès trismégiste, 8
         Par là, triste et la haine au flanc, 8
15 Passe un jeune entomologiste, 8
         Avec sa boîte de fer-blanc. 8
         Murmurant quelque diatribe, 8
         Il porte un filet, comme les 8
         Jeunes filles de monsieur Scribe, 8
20 Mais avec des gestes plus laids. 8
         Il voit Psyché pleine de joie 8
         Et son aile de vermillon 8
         Dans la lumière qui flamboie. 8
         Il dit : Ah ! le beau papillon ! 8
25 Ayant fini sa vie aptère, 8
         Il vole à présent vers les cieux. 8
         Il me faut ce lépidoptère 8
         Dont l'aspect est délicieux. 8
         Je crois que c'est une femelle. 8
30 Prenons-la. Pour la fatiguer, 8
         Je veux être léger comme elle. 8
         Je prétends la cataloguer. 8
         Moyennant une grande épingle, 8
         J'en serai quitte. C'est pour rien. 8
35 C'est cela qui perce et qui cingle 8
         Et fixe un être aérien. 8
         C'est ainsi que j'ai fait mon siège. 8
         Car je veux la clouer, par ton, 8
         Sur un joli morceau de liège 8
40 Étiqueté dans un carton. 8
         Oui, vous y passerez, ma mie, 8
         Avec un joli numéro 8
         Conforme à la taxonomie. 8
         Vous embellirez mon bureau. 8
45 A ces mots il se précipite, 8
         Et ce disciple de Homais, 8
         Atteignant l'Âme qui palpite, 8
         La prend avec ses gros doigts. Mais 8
         Devançant les troupes d'oiselles, 8
50 Psyché perd seulement un peu 8
         De la poussière de ses ailes 8
         Et s'évade vers le ciel bleu. 8
         Au milieu des Instituts calmes 8
         Déjà voyant son front lauré, 8
55 Cousant à son habit des palmes, 8
         Toujours s'écriant : Je l'aurai ! 8
         Le savant que ce jeu suffoque, 8
         Court et reprend haleine, et court, 8
         Souffle et s'essouffle comme un phoque 8
60 Et finalement reste court ; 8
         Et Psyché, fulgurante et leste, 8
         Avec des vols désordonnés, 8
         S'engouffre dans l'azur céleste, 8
         En lui faisant des pieds de nez ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie