BAN_17/BAN760
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
Retour
         Chasseurs, gent carnassière, 6
         Secouez la poussière 6
         De vos chapeaux flétris. 6
         Voici Paris ! 4
5 Et vous, rois du beau monde, 6
         Qui, dans la clarté blonde, 6
         Traîniez par les chemins 6
         Vos parchemins, 4
         Rentrez, battant d'une aile, 6
10 Dans la ville éternelle 6
         Aux vastes horizons 6
         Pleins de maisons ! 4
         Vous couvriez de malles 6
         Nos stations thermales. 6
15 Toutes ces villes d'eaux 6
         Ont si bon dos ! 4
         On y flirte à son aise 6
         Dans l'or d'une fournaise 6
         Où les seuls gens marris 6
20 Sont les maris. 4
         Ah ! lorsque juin farouche 6
         Pose sur notre bouche 6
         D'ardents charbons de feu 6
         Comme par jeu, 4
25 S'en aller, c'est un rêve ! 6
         Errer sur quelque grève, 6
         C'est un luxe enchanté 6
         De volupté. 4
         On s'enivre à l'aurore 6
30 Du hurlement sonore 6
         Qui monte de la mer 6
         Au flot amer. 4
         Ou la forêt hagarde 6
         Longuement vous regarde 6
35 Avec ses profonds yeux 6
         Mystérieux. 4
         Sur les montagnes blanches 6
         Où sont les avalanches, 6
         La neige des sommets 6
40 Vous ravit. Mais 4
         Paris, qui chante et souffre, 6
         Est la mer et le gouffre 6
         Avec ses larges flots 6
         Pleins de sanglots. 4
45 La mégère hargneuse 6
         Près d'une Maufrigneuse, 6
         La fleur rose et l'égout, 6
         Paris a tout. 4
         Les toisons de ces femmes 6
50 Y déroulent des gammes, 6
         Et les cœurs des huissiers 6
         Sont des glaciers. 4
         A Paris, Cléopâtre 6
         Vit, et montrant l'albâtre 6
55 De son sein effréné, 6
         Revient Phryné. 4
         C'est la métempsycose ! 6
         Et comme gaîment cause 6
         Cet effronté bavard, 6
60 Le boulevart ! 4
         Il sied d'y faire halte. 6
         Oh ! comme sur l'asphalte 6
         On y voit des palais 6
         Et des mollets ! 4
65 Mais parlons des théâtres 6
         Sérieux et folâtres. 6
         Verrons-nous un Reszké ? 6
         C'est bien risqué. 4
         Oui, dans notre caverne, 6
70 La Mode offre et gouverne 6
         Bien plus de Koh-innors 6
         Que de ténors. 4
         Des lèvres et des âmes 6
         Qu'en vain nous épuisâmes 6
75 Coule un flot d'infini 6
         Chez Tortoni. 4
         L'esprit joue et s'envole 6
         Comme un oiseau frivole 6
         Montant et descendant ; 6
80 Et cependant, 4
         Comme, la trouvant belle, 6
         Un enfant saisit l'aile 6
         Peinte de vermillon 6
         D'un papillon, 4
85 Le flâneur, qui s'amuse 6
         Du babil de la muse, 6
         Prend et saisit au vol 6
         Un mot de Scholl ! 4
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie