BAN_17/BAN772
Théodore de Banville
DANS LA FOURNAISE
Dernières Poésies
1892
Pluie
         Quand les cieux taciturnes 6
         Sur nous vident leurs urnes 6
         Et dans ces durs assauts 6
         Pleuvent à seaux, 4
5 Les foules éblouies 6
         Portent des parapluies 6
         Montrant, en rang d'oignons, 6
         Leurs champignons. 4
         Le parapluie, ô rage ! 6
10 Est mouillé par l'orage. 6
         Sous son modeste abri 6
         Fort assombri, 4
         L'employé, triste mâle, 6
         Se dirige, plus pâle 6
15 Que le grand Deburau, 6
         Vers son bureau. 4
         Gens aux mœurs policées, 6
         Dans les vastes lycées 6
         Entrent ces confesseurs, 6
20 Les professeurs. 4
         Vers les bibliothèques, 6
         Pour leurs études grecques 6
         Se hâtent les savants, 6
         Malgré les vents. 4
25 Tous ont des parapluies. 6
         Oui tous, et même, enfuies 6
         Au premier chant du coq, 6
         O Paul de Kock ! 4
         De sveltes couturières, 6
30 Marchant, aventurières, 6
         Dans Paris obscurci, 6
         En ont aussi. 4
         Leurs jupes retroussées, 6
         Vainement courroucées 6
35 En de vaillants combats, 6
         Montrent les bas. 4
         Malgré toi, c'est l'absinthe ! 6
         Les yeux courent, ô sainte 6
         Pudeur, qui t'immolais, 6
40 Sur leurs mollets. 4
         Parfois, ruse divine, 6
         Au-dessus on devine, 6
         Et ce n'est pas plus cher, 6
         Un peu de chair. 4
45 Assez ! — le Parapluie, 6
         Que le soleil essuie, 6
         En bravant le typhon 6
         Reste bouffon. 4
         Il est grave, il est digne. 6
50 Jamais, âme bénigne, 6
         Bouvard ni Pécuchet 6
         Ne le cachait. 4
         On l'emporte au Mont-Dore 6
         Et plus d'un vieux adore, 6
55 Comme sur un autel, 6
         Cet immortel. 4
         Par lui le sage évite 6
         L'omnibus qui court vite, 6
         Faisant aux gens bien nés 6
60 Des pieds de nez, 4
         Et l'incurable fiacre 6
         Qui fait le simulacre, 6
         Pour mieux vous effrayer, 6
         De relayer. 4
65 Pour vous, ô quelle joie ! 6
         Sa coupole de soie 6
         Rend les noirs ouragans 6
         Moins arrogants, 4
         Et l'on est fier et libre, 6
70 Quand dans votre main vibre 6
         Son manche de roseau, 6
         Comme un oiseau ! 4
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie