BER_1/BER21
Pierre-Jean de Béranger
Chansons
Tome I
1815
L'AGE FUTUR
OU
CE QUE SERONT NOS ENFANTS
AIR : Allez-vous-en, gens de la noce
         Je le dis sans blesser personne, 8
         Notre âge n'est point l'âge d'or ; 8
         Mais nos fils, qu'on me le pardonne, 8
         Vaudront bien moins que nous encor. 8
5 Pour peupler la machine ronde, 8
         Qu'on est fou de mettre du sien ! 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
10 Si nos femmes le voulaient bien. 8
         En joyeux gourmands que nous sommes, 8
         Nous savons chanter un repas ; 8
         Mais nos fils, pesants gastronomes, 8
         Boiront et ne chanteront pas. 8
15 D'un sot à face rubiconde 8
         Ils feront un épicurien. 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
20 Si nos femmes le voulaient bien. 8
         Grâce aux beaux esprits de notre âge, 8
         L'ennui nous gagne assez souvent, 8
         Mais deux instituts, je le gage, 8
         Lutteront dans l'âge suivant. 8
25 De se recruter à la ronde 8
         Tous deux trouveront le moyen. 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
30 Si nos femmes le voulaient bien. 8
         Nous aimons bien un peu la guerre, 8
         Mais sans redouter le repos. 8
         Nos fils, ne se reposant guère, 8
         Batailleront à tout propos. 8
35 Seul prix d'une ardeur furibonde, 8
         Un laurier sera tout leur bien. 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
40 Si nos femmes le voulaient bien. 8
         Nous sommes peu galants sans doute, 8
         Mais nos fils, d'excès en excès, 8
         Égarant l'amour sur sa route, 8
         Ne lui parleront plus français. 8
45 Ils traduiront, Dieu les confonde ! 8
         L'Art d'aimer en italien. 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
50 Si nos femmes le voulaient bien. 8
         Ainsi, malgré tous nos sophistes, 8
         Chez nos descendants on aura 8
         Pour grands hommes des journalistes, 8
         Pour amusement l'opéra ; 8
55 Pas une vierge pudibonde ; 8
         Pas même un aimable vaurien. 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
60 Si nos femmes le voulaient bien. 8
         De fleurs, amis, ceignant nos têtes, 8
         Vainement nous formons des vœux 8
         Pour que notre culte et nos fêtes 8
         Soient en honneur chez nos neveux : 8
65 Ce chapitre que Momus fonde 8
         Chez eux manquera de doyen. 8
         Ah ! Pour un rien, 4
         Oui, pour un rien, 4
         Nous laisserions finir le monde, 8
70 Si nos femmes le voulaient bien. 8
mètre profils métriques : 4, 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie