BER_1/BER50
Pierre-Jean de Béranger
Chansons
Tome I
1815
ADIEUX DE MARIE STUART
Musique de M. B. WILHEM
         Adieu, charmant pays de France, 8
         Que je dois tant chérir ! 6
         Berceau de mon heureuse enfance, 8
         Adieu ! Te quitter c'est mourir. 8
5 Toi que j'adoptai pour patrie, 8
         Et d'où je crois me voir bannir, 8
         Entends les adieux de Marie, 8
         France, et garde son souvenir. 8
         Le vent souffle, on quitte la plage, 8
10 Et, peu touché de mes sanglots, 8
         Dieu, pour me rendre à ton rivage, 8
         Dieu n'a point soulevé les flots ! 8
         Adieu, charmant pays de France, 8
         Que je dois tant chérir ! 6
15 Berceau de mon heureuse enfance, 8
         Adieu ! Te quitter c'est mourir. 8
         Lorsqu'aux yeux du peuple que j'aime 8
         Je ceignis les lis éclatants, 8
         Il applaudit au rang suprême 8
20 Moins qu'aux charmes de mon printemps. 8
         En vain la grandeur souveraine 8
         M'attend chez le sombre écossais ; 8
         Je n'ai désiré d'être reine 8
         Que pour régner sur des français. 8
25 Adieu, charmant pays de France, 8
         Que je dois tant chérir ! 6
         Berceau de mon heureuse enfance, 8
         Adieu ! Te quitter c'est mourir. 8
         L'amour, la gloire, le génie, 8
30 Ont trop enivré mes beaux jours ; 8
         Dans l'inculte Calédonie 8
         De mon sort va changer le cours. 8
         Hélas ! Un présage terrible 8
         Doit livrer mon cœur à l'effroi : 8
35 J'ai cru voir, dans un songe horrible, 8
         Un échafaud dressé pour moi. 8
         Adieu, charmant pays de France, 8
         Que je dois tant chérir ! 6
         Berceau de mon heureuse enfance, 8
40 Adieu ! Te quitter c'est mourir. 8
         France, du milieu des alarmes, 8
         La noble fille des Stuarts, 8
         Comme en ce jour qui voit ses larmes, 8
         Vers toi tournera ses regards. 8
45 Mais, dieu ! Le vaisseau trop rapide 8
         Déja vogue sous d'autres cieux ; 8
         Et la nuit, dans son voile humide, 8
         Dérobe tes bords à mes yeux ! 8
         Adieu, charmant pays de France, 8
50 Que je dois tant chérir ! 6
         Berceau de mon heureuse enfance, 8
         Adieu ! Te quitter c'est mourir. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie