BER_1/BER75
Pierre-Jean de Béranger
Chansons
Tome I
1815
PLUS DE POLITIQUE
AIR : Ce jour-là sous son ombrage
         Ma mie, ô vous que j'adore, 7
         Mais qui vous plaignez toujours 7
         Que mon pays ait encore 7
         Trop de part à mes amours ! 7
5 Si la politique ennuie, 7
         Même en frondant les abus, 7
         Rassurez-vous, ma mie ; 6
         Je n'en parlerai plus. 6
         Près de vous, j'en ai mémoire, 7
10 Donnant prise à mes rivaux, 7
         Des arts, enfants de la gloire, 7
         Je racontais les travaux. 7
         À notre France agrandie 7
         Ils prodiguaient leurs tributs. 7
15 Rassurez-vous, ma mie ; 6
         Je n'en parlerai plus. 6
         Moi, peureux dont on se raille, 7
         Après d'amoureux combats, 7
         J'osais vous parler bataille 7
20 Et chanter nos fiers soldats. 7
         Par eux la terre asservie 7
         Voyait tous ses rois vaincus. 7
         Rassurez-vous, ma mie ; 6
         Je n'en parlerai plus. 6
25 Sans me lasser de vos chaînes, 7
         J'invoquais la liberté ; 7
         Du nom de Rome et d'Athènes 7
         J'effrayais votre gaîté. 7
         Quoiqu'au fond je me défie 7
30 De nos modernes Titus, 7
         Rassurez-vous, ma mie ; 6
         Je n'en parlerai plus. 6
         La France, que rien n'égale, 7
         Et dont le monde est jaloux, 7
35 Était la seule rivale 7
         Qui fût à craindre pour vous. 7
         Mais, las ! J'ai pour ma patrie 7
         Fait trop de vœux superflus. 7
         Rassurez-vous, ma mie ; 6
40 Je n'en parlerai plus. 6
         Oui, ma mie, il faut vous croire ; 7
         Faisons-nous d'obscurs loisirs. 7
         Sans plus songer à la gloire, 7
         Dormons au sein des plaisirs. 7
45 Sous une ligue ennemie 7
         Les français sont abattus. 7
         Rassurez-vous, ma mie ; 6
         Je n'en parlerai plus. 6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie