BOR_1/BOR17
Pétrus Borel
Rapsodies
1832
RAPSODIES
L’Aventurier
À D. KRAFFT.
Ne puis-je donc aller fumer où il me plaira le
cigare de mon existence ?
AUTEUR CONNU.
         Ce désert étouffant | est donc infranchissable ?… 6+6
         Voilà bientôt deux nuits | que j'ai quitté les bords ; 6+6
         De l'aube à l'Occident | je marche, et n'en suis hors. 6+6
         Mes deux pieds lourdement | s'enfoncent dans le sable, 6+6
5 Et mon bambou se rompt | sous le poids de mon corps. 6+6
         Harassé, je m'assieds, | mourant et solitaire, 6+6
         Ainsi qu'une ombre errante | aux débris d'un château. 6+6
         Rien ! pas un seul carbet | sur ce vaste plateau. 6+6
         D'un stupide regard | je mesure la terre, 6+6
10 Qui se déploie au loin | comme un large manteau. 6+6
         Rien, que ma soif et moi : | quel horrible silence ! 6+6
         Je n'entends que mon râle | et le bruit de mon cœur. 6+6
         Je penche, je faiblis | courbé par la douleur. 6+6
         Dieu ! que l'homme est piteux | en un désert immense ! 6+6
15 Dieu ! que l'homme est débile | au souffle du malheur ! 6+6
         Blasphème, aventurier, | pleure, et te désespère, 6+6
         Au réveil trop cruel | d'un trop court songe d'or… 6+6
         Mon sort est mérité, | peut être pire encor ; 6+6
         Dans la tombe en partant | j'ai poussé mon vieux père : 6+6
20 Je voulais l'opulence, | et j'embrasse la mort. 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie