BOR_1/BOR32
Pétrus Borel
Rapsodies
1832
PATRIOTES
Le Chant du Réveil
décembre 1830
Avanzad compagneros,
Mas bravos que le Cid !
Marche de Riego.
         A nos flancs s'est usé | l'éperon homicide, 6+6
         Qui, sanglant, résonnait | sur le talon royal ; 6+6
         Le coursier populaire | a, d'un pied régicide, 6+6
         Écrasé le bandeau | sur le front déloyal ; 6+6
5 Brisant de son poitrail | la caduque barrière 6+6
         Qu'en vain l'épée esclave | essaya d'étayer ; 6+6
         Mais, libre, à peine entré | dans la libre carrière, 6+6
         Que déjà sur ses reins | pèse un autre écuyer ! 6+6
         En avant, compagnons ! | plus terribles, plus braves 6+6
10 Que Bayard et Roland ; 6
         Vous serez libres, rois, | et vous êtes esclaves ! 6+6
         Compagnons, en avant !… 6
         Nous savons ce que peut | notre main si puissante ; 6+6
         Nous savons qu'en trois jours | un roi s'anéantit ; 6+6
15 Mais, ivres des trois jours, | nous dormions sous la tente 6+6
         Quand un sceptre de plomb | sur nous s'appesantit. 6+6
         Oui ! trop tôt nous avons | déserté la mêlée, 6+6
         Rengainé notre fer | et suspendu nos coups. 6+6
         Déjà la liberté, | loin de nous exilée, 6+6
20 Pleure en nous évoquant ! | Gaulois, éveillons-nous… 6+6
         Eu avant, compagnons ! | plus terribles, plus braves 6+6
         Que Bayard et Roland ; 6
         Vous serez libres, rois, | et vous êtes esclaves ! 6+6
         Compagnons, en avant ! 6
25 Ils ont dans leurs réseaux | pris l'Homme Séculaire, 6+6
         Et couvert son front pur | de baisers mensongers ; 6+6
         S'ombrageant d'un manteau, | qu'ils savaient populaire, 6+6
         Pour s'ouvrir dans nos rangs | un chemin sans dangers. 6+6
         Reprenons notre idole, | et frappons ses faux prêtres 6+6
30 Qui couvent leurs desseins | sous des masques amis. 6+6
         Ceux qui sont contre nous, | Gaulois, ce sont des trtres ! 6+6
         Ceux qui ne suivront point, | ce sont des ennemis ! 6+6
         En avant, compagnons ! | plus terribles, plus braves 6+6
         Que Bayard et Roland ; 6
35 Vous serez libres, rois, | et vous êtes esclaves ! 6+6
         Compagnons, en avant ! 6
         A nos sanglants appels | se leva la Belgique, 6+6
         La Belgique à son tour | a trouvé de l'écho ; 6+6
         Car la vieille Pologne, | en une nuit magique, 6+6
40 A broyé son cercueil : | victoire à Kosciusko ! 6+6
         A deux rois négriers | la cargaison échappe : 6+6
         Belges et Polonais, | recevez nos serments !… 6+6
         Mais notre roi bourgeois | frissonne dans sa cape, 6+6
         Quand l'autocrate en pleurs | jette des hurlements. 6+6
45 En avant, compagnons ! | plus terribles, plus braves 6+6
         Que Bayard et Roland ; 6
         Vous serez libres, rois, | et vous êtes esclaves ! 6+6
         Compagnons, en avant ! 6
         Toujours briserons-nous | notre infâme servage, 6+6
50 Pour nous revendre encore | aux bouchers plus offrants ? 6+6
         Notre cœur est de cire, | et notre voix sauvage, 6+6
         Et le sabre à la main | nous gémissons souffrants. 6+6
         Levons-nous ! et formons | un socle granitique 6+6
         Pour une Liberté | que nous fondrons d'airain ! 6+6
55 Que jusqu'aux cieux troublés | monte la République 6+6
         Et les cris de bonheur | du Peuple Souverain ! 6+6
         En avant, compagnons ! | plus terribles, plus braves 6+6
         Que Bayard et Roland ; 6
         Vous serez libres, rois, | et vous êtes esclaves ! 6+6
60 Compagnons, en avant ! 6
mètre profils métriques : 6+6, 6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie