BRS_1/BRS23
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LE SOIR EN FÊTE
Frisson Du Réel
         C'est la nuit dans les jardins blêmes. 8
         Les grands arbres sont consolés. 8
         Passons, couple pur, étoilés 8
         Ainsi que dans les vieux poèmes. 8
5 Sur un fût de marbre appuyés, 8
         Nous dominons la sombre ville. 8
         Une fenêtre, fleur tranquille, 8
         Éclot dans l'azur à nos pieds. 8
         C'est un foyer voilé qui brille, 8
10 Un corps lointain qui tend les bras, 8
         Des rayons étroits, des fronts bas, 8
         L'humble étoile d'une famille… 8
         Un reflet rouge, caressant, 8
         Baigne leur beauté, leur prière… 8
15 Au loin, dans l'enfer bleu des pierres 8
         Voici la vie humaine en sang ! 8
         Oh ! la vie à qui l'on doit croire, 8
         Le réel, le malheur si doux, 8
         Le geste éternel près de nous, 8
20 La maison grise au mur de gloire ! 8
         Le temps semble s'être arrêté… 8
         Tu baisses ton profil sublime, 8
         Et nous nous penchons vers l'abîme 8
         Dans un frisson d'éternité. 8
25 Qu'il sacre, ce soir qui déferle, 8
         Ta sainte attitude sans voix, 8
         Et que les pleurs entre tes doigts 8
         Vivent longtemps, comme des perles… 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie