BRS_1/BRS28
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LES CHOSES
LE MORT
         Il dort dans sa fête d'aïeul. 8
         Sur le mur, c'est la même estampe ; 8
         La chambre n'attend plus la lampe, 8
         Et le soir semble entrer tout seul. 8
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5 Tout bruit s'est tu — Le lit est mort ; 8
         Simplement, le rideau se penche. 8
         Seule — sur la poitrine blanche 8
         La croix d'ébène pense encor. 8
         Tout doucement c'est lui qui règne. 8
10 L'ombre implore ses regards clos. 8
         Voici sur son front en repos 8
         Le malheur de la nuit qui saigne. 8
         Et le silence, hymne qui dort, 8
         Le transfigure d'un vieux charme. 8
15 Il est dans la beauté des larmes, 8
         Et nous, nous sommes dans la mort… 8
         Consolé, c'est lui qui console 8
         Les pauvres choses de toujours… 8
         Dans la morne clarté des cours 8
20 Le monde contemple l'idole 8
         Il est comme au cœur de l'adieu 8
         Que fait la terre ténébreuse ; 8
         Sa chair est calme et bienheureuse 8
         Et mort, c'est lui qui croit en Dieu ! 8
25 Vers lui va toute voix qui chante, 8
         Tout amour béni de souffrir… 8
         Le soir achève de mourir 8
         Sur sa tranquillité vivante. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie