BRS_1/BRS30
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LA LAMPE
LA LAMPE
Ta lumière, c'est toi.
         La nuit en songes funèbres 7
         Descend du grand ciel dormant, 7
         Et la lampe doucement 7
         Montre son cœur aux ténèbres. 7
5 Dans le coin silencieux 7
         Naît la fleur crépusculaire… 7
         La douceur du soir l'éclaire 7
         Comme un sourire des yeux 7
         Avec la foi qui persiste, 7
10 Et son rêve égal et pur, 7
         Timide aux heures d'azur, 7
         Elle attendait l'heure triste. 7
         Elle est bonne aux jours trop courts, 7
         Aux pauvres nuits sans paupières, 7
15 Bonne à toutes les prières 7
         Puisqu'elle est seule toujours. 7
         Dans la fuite coutumière 7
         Des derniers cercles du jour, 7
         Le silence vient autour 7
20 Pour écouter sa lumière. 7
         Elle unit les isolés, 7
         Elle ne choisit personne ; 7
         Mais la caresse trop bonne 7
         Ne peut pas tout consoler. 7
25 Et la reine au palais sombre 7
         A peur de s'épanouir 7
         Ne voulant pas éblouir 7
         Les yeux désolés de l'ombre. 7
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie