BRS_1/BRS41
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LA LAMPE
LA RESSEMBLANTE
         Hier, sur le mail sombre et doux 8
         J'ai cru vous voir, Évangéline, 8
         Errant dans le soir qui décline… 8
         Mais hélas ! ce n'était pas vous 8
5 À chaque pas de la montée 8
         L'illusion m'allait quittant. 8
         Ce n'était pas vous, et pourtant 8
         Votre caresse m'est restée. 8
         Et bien que mes pauvres yeux fous 8
10 Aient laissé la passante grise, 8
         Dans le soir comme en une église 8
         Ce fut le miracle de vous. 8
         Votre nom remplit ma pensée, 8
         Parfum séparé de sa fleur, 8
15 Et l'espace devint meilleur 8
         Comme si vous étiez passée. 8
         Votre souvenir éternel 8
         A mieux chanté dans mon silence 8
         Et j'ai béni la ressemblance, 8
20 Cet humble fantôme réel. 8
         J'ai béni l'étrangère, l'autre, 8
         L'ange furtif qui ne sut rien. 8
         Son cœur obscur était le sien 8
         Mais sa lumière fut la vôtre ! 8
25 Et tout frissonnant de vous voir, 8
         J'ai repris ma marche sans trêve 8
         Et j'ai rêvé notre grand rêve, 8
         Comme de la nuit dans le soir 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie