BRS_1/BRS44
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LA HAINE
APPARITION
Hélas, si nous savions la fin de la journée.
         Quand la chute du soir, grande tempête nue, 12
         Dépouille les maisons au bord de l'avenue, 12
         Quand dans la chambre faible, à l'heure sans abri, 12
         Le fond du cœur est vague et désert comme un cri. 12
5 Quand la rumeur se tait laissant dormir tranquilles 12
         Les grands rêves lassés comme les grandes villes 12
         Et que tout front en deuil s'incline dans un coin, 12
         Je te vois t'ébaucher, rêve qui viens de loin. 12
         Et le blême décor, lorsque sur tes vieux charmes, 12
10 Tes voiles, on dirait, tombent comme des larmes, 12
         C'est le jour malheureux, c'est le jour de longueur, 12
         C'est le jour et le soir, pauvres frères sans cœur ! 12
         Ton front lent et brouillé n'est plus qu'un blanc vestige. 12
         Ton œil n'est plus que triste ainsi qu'un vieux vertige, 12
15 Et sur ta lèvre pâle à l'ancien pli moqueur 12
         S'entr'ouvre doucement le sanglot de ton cœur… 12
         Et je vois la douleur qui vit sous ta paupière 12
         Tomber de tes grands yeux comme un peu de lumière 12
         Tu viens, très malheureuse, au foyer qui fut tien, 12
20 Tu me tends vaguement ta main qui ne peut rien 12
         Et dans les yeux ternis à peine l'on devine 12
         Le fragile rayon dont ma lampe est divine. 12
         Puis tu t'en vas toujours, souffrance du dehors. 12
         Douleur pâle du ciel dont, tous les jours sont morts, 12
25 Angoisse du passé toujours inassouvie, 12
         Reste, douce et paisible, au grand seuil de ma vie 12
         En remuant ton voile avec tes doigts tremblants : 12
         Reste douce et paisible avec tes cheveux blancs. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie