BRS_1/BRS45
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LA HAINE
LE SOMMEIL
         Tandis qu'au milieu du silence 8 a
         Tu t'endors sous le rideau noir, 8 b
         Je sens éclore ton absence 8 a
         Dans la grande chambre du soir. 8 b
5 Quelle immense pitié se lève, 8 a
         Pauvre ange aux yeux clos, à te voir 8 b
         Lorsque tu dors, blanche de rêve, 8 a
         Auprès de moi triste du soir. 8 b
         Tu ne me connais plus, ma reine, 8 a
10 Tout entière à l'espoir tremblant 8 b
         Ta petite main tient à peine 8 a
         La douce vie et le drap blanc. 8 b
         Et je reste seul, et je pense 8 a
         Que tu rêves bien loin du jour, 8 b
15 Et que ton repos est immense 8 a
         Et divin comme notre amour ! 8 b
         Nous en avons comme un présage 8 a
         Au fond des soirs mystérieux, 8 b
         Lorsque notre âme fait naufrage 8 a
20 Dans la fatigue de nos yeux. 8 b
         Je suis seul parmi toutes choses, 8 a
         Hélas, tout se tait devant moi, 8 b
         Et ta figure aux lèvres closes 8 a
         Est comme un souvenir de toi. 8 b
25 Je te vois tranquille et sans geste, 8 a
         Ton sourire s'est effacé 8 b
         On dirait l'adieu qui vous reste 8 a
         Quand on est seul dans le passé. 8 b
mètre profil métrique : 8
forme globale type : suite périodique
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie