BRS_1/BRS49
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LE SILENCE DES PAUVRES
L'ATTENTE
Sans l'éblouissement de la croix…
         L'ombre, en s'agrandissant, pauvre femme qui rêve, 12
         Vient mêler doucement dans le déclin du jour 12
         Sa paix à ton grand cœur et son rêve à ton rêve. 12
         Et tu restes bien seule avec tes yeux d'amour, 12
5 Indécise, perdue au silence où s'élève 12
         La triste et vieille voix qui chante dans la cour. 12
         Oh ! mendier toujours parmi l'ombre sans digue 12
         Les soleils du passé pour ce soir sans couleur, 12
         Toute la charité pour toute la fatigue, 12
10 Lorsque l'ombre revêt de calme et de douleur, 12
         Quand le dernier reflet des vitres se fatigue 12
         Sur tes cheveux divins et ton front de pâleur. 12
         Écoute, écoute encor, mendiante d'espace, 12
         Plus loin que le silence et plus profond que tout… 12
15 Et c'est l'âme qui pleure et c'est le temps qui passe. 12
         Le temps, le temps sacré qui bénit le cœur fou, 12
         La présence qui fait que l'on parle à voix basse 12
         Dans cette église d'ombre où s'incline ton cou. 12
         Oh ! rêve à la longueur de la tristesse humaine, 12
20 Aux vieux palais où va, silencieux, le temps, 12
         À la tranquillité par qui tu devins reine ! 12
         Rêve à la profondeur du silence où j'attends, 12
         Aux vieux couples qui vont dans le soleil qui traîne 12
         Et s'aimeront toujours de s'être aimés longtemps. 12
25 Ne maudis pas l'attente et les soirs où tu pleures : 12
         Tous les martyrs ont eu leurs infinis chemins 12
         Et tous les grands orgueils sont bénis par les heures 12
         Puisque l'on devient grand à voir les jours éteints, 12
         Dans la chambre assombrie il faut que tu demeures, 12
30 Le crépuscule aux yeux et la paix dans les mains. 12
         Il faut qu'indifférente aux radieux passages, 12
         Toujours seule au milieu de l'ombre et du sommeil, 12
         Tu laisses un à un tomber les grands soirs sages. 12
         Il faut, toi que baigna la gloire du soleil, 12
35 Laisser passer sur toi l'après-midi sans âges 12
         Et le soir nimber d'or ton front toujours pareil. 12
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
         Pauvre femme qui dors auprès de la fenêtre, 12
         Les mains lasses, le cœur innocent et lointain 12
         Dans le baiser nocturne et frais qui vient de naître, 12
40 Frêle douleur que rien n'aura jamais atteint, 12
         Toi que veille l'azur comme un grand dieu sans prêtre, 12
         Repose vaguement du soir jusqu'au matin. 12
         Repose loin de ceux qui ne sont pas avides 12
         D'attente inconsolable et d'azurs décevants, 12
45 Ceux du bonheur parfait et de la mer sans rides. 12
         Laissons les prêtres fous et les amants fervents 12
         Venir béatement baigner leurs tempes vides 12
         Dans ce fleuve brumeux chanté par les grands vents ! 12
         Laissons les amoureux à leurs songes infimes, 12
50 Laissons la pauvre voix qui chante dans la cour 12
         Rêver d'un pur bonheur et d'un cœur sans abîmes ! 12
         Sachons que rien ne vaut la gravité du jour, 12
         Et cette éternité qui nous a faits sublimes, 12
         Ne la blasphémons pas par des serments d'amour. 12
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie