BRS_1/BRS52
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LE SILENCE DES PAUVRES
LA COLÈRE
Sur le chemin…
         Ton droit t'éblouit et flamboie ; 8
         Un cri muet gonfle ton cou, 8
         Comme un dieu tu vas n'importe où 8
         Avec ta colère et ta joie. 8
5 C'est le calme artificiel 8
         Qui se rompt comme un pauvre gage, 8
         C'est ta haine qui se dégage, 8
         C'est ta haine qui monte au ciel. 8
         Tes pas font vaciller le monde, 8
10 Tes raisons t'assaillent en chœur, 8
         Et tout ton sang te monte au cœur 8
         Avec sa vérité qui gronde. 8
         Le vent effare tes cheveux, 8
         Tes mains tremblent et ta voix crie ; 8
15 Ta souffrance devient féerie… 8
         Et tu ne sais plus, et tu veux ! 8
         Perdu dans un essor d'envie, 8
         Sans souvenir et sans pitié, 8
         Tu te redresses tout entier 8
20 Et tu ne penses qu'à la vie. 8
         Tout t'apparaît dans un réveil ; 8
         Ton cri prolonge l'étendue, 8
         Tu sens une larme éperdue 8
         Qui t'illumine le soleil ! 8
25 Ta gloire divague et se creuse, 8
         Ta chair t'admire en frémissant, 8
         Tu n'es que l'hymne de ton sang 8
         Vers la lumière bienheureuse ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie