BRS_1/BRS56
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LE SILENCE DES PAUVRES
L'OUBLI
Je ne la verrai presque plus…
         Je n'ai rien en moi qui résiste 8
         À ce qui fuit tout doucement. 8
         Je n'ai rien en moi qui m'assiste… 8
         Je m'assois au rayon dormant, 8
5 J'écoute passer le jour triste, 8
         Je suis triste tout simplement. 8
         Dans la cour une voix ravie 8
         Chante un refrain toujours pareil 8
         Sur la route toujours suivie. 8
10 Un rayon coule en ce sommeil ; 8
         Je sens le calme de la vie 8
         Qui ne dit rien dans le soleil. 8
         Mon mal est fini comme un drame. 8
         Nul remords, n'importe lequel. 8
15 Le soleil traîne avec sa flamme 8
         Sur le mur, silence éternel. 8
         Et le jour passe dans mon âme 8
         Comme s'il passait dans le ciel. 8
         Je n'ai que la mélancolie 8
20 D'avoir bien fini de souffrir ; 8
         Doucement, dans l'heure pâlie, 8
         Le rayon pâle vient s'offrir… 8
         Le printemps commence et j'oublie, 8
         Je vais vivre, je vais mourir. 8
25 Humble dans le soleil modeste, 8
         Je sens tout m'abandonner, tout. 8
         J'oublie un peu dans chaque geste. 8
         Tout s'endort, je ne suis plus fou. 8
         Ta chanson s'éloigne et je reste, 8
30 Et je ne pleure pas beaucoup. 8
         Pourtant, le long des grands espaces 8
         Parfois, il tressaille un adieu ; 8
         Parfois, à mes paupières lasses, 8
         Le jour tendre frémit un peu, 8
35 Toi qui t'en vas, toi qui t'effaces, 8
         Toi qui montes dans le ciel bleu. 8
         Un reste de lumière trône 8
         Au firmament déjà bien noir ; 8
         Par la pauvre fenêtre jaune 8
40 Le ciel a tremblé sans savoir ; 8
         Ton souvenir est une aumône 8
         Dans la misère de ce soir. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie