BRS_1/BRS57
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LE SILENCE DES PAUVRES
LE PREMIER POÈTE
         Immobile comme on le doit, 8
         Près du troupeau, près de la butte, 8
         L'enfant, tout le long de sa flûte 8
         Cherchait sors âme avec ses doigts. 8
5 Il contemplait l'eau qui module, 8
         L'arbre sensible, le sommet ; 8
         Tout ce mystère qu'il nommait, 8
         Parmi le silence crédule. 8
         Et le ciel bleu penché partout, 8
10 Et la lumière sans limite. 8
         Il disait, inspiré : « J'imite 8
         « Le bonheur de regarder tout. 8
         « Voici régner le soleil vague, 8
         « Voile terrible des grands champs ; 8
15 « Je voudrais que mon sombre chant 8
         « Fût beau comme un regard qui vague. » 8
         Le monde s'éveillait, bercé, 8
         Et c'était le printemps des choses, 8
         Puisqu'une bouche était éclose 8
20 Sur le grand désert du passé. 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie