BRS_1/BRS59
Henri Barbusse
Les Pleureuses
1895
LE SILENCE DES PAUVRES
LE PROPHÈTE
Il répondit : « Tu viens bien tard. »
         Le soir sur l'univers vague comme un appel, 12
         Je vois des bras confus près d'un mur clair et sombre ; 12
         Et tout se sacrifie à la pâleur du ciel. 12
         Le crépuscule veut la prière qui sombre, 12
5 Le peu que nous avons en nous de maternel 12
         À l'heure vague et triste où l'on se donne à l'ombre. 12
         Tu t'assois sur un banc comme pour mendier… 12
         Le demi-jour est plein de foules disparues, 12
         Le silence est un cri qui ne peut pas crier. 12
10 Comme l'Autre, Seigneur, tu verras dans les rues 12
         Les hommes revenir en pleurs pour oublier, 12
         Et les filles qui rient pour être secourues ! 12
         Que les vieux jours sont loin, que tous les jours sont vieux, 12
         Dans ce dernier refuge où d'année en année, 12
15 Le soleil a laissé l'épave de tes yeux ! 12
         Attendri, comme tout dans l'heure abandonnée, 12
         Tes regards ont cherché d'abord au fond des cieux 12
         Un peu de la blancheur où s'en va la journée. 12
         Et rien ne te couronne, et rien ne t'a chanté, 12
20 Et nul ne te connaît des enfants et des hommes 12
         Dans le dernier refuge où tu t'es arrêté. 12
         Le destin fut amer au vieux monde où nous sommes ; 12
         Si peu que nous ayons aimé la vérité, 12
         La vérité peut-être a moins aimé les hommes ! 12
25 Et tu tendras les mains vers le jour épié. 12
         Le soir est inutile à la ville de pierre 12
         Et l'azur dans le ciel semble crucifié. 12
         Entr'ouvrant sur ta lèvre un baiser de prière, 12
         Et redressant un peu ta joie et ta pitié, 12
30 Tu sentiras tout seul l'aumône de lumière. 12
         Oh, c'eût été si vague et si bon d'être heureux… 12
         Ils n'auraient presque pas vu changer le soir pâle 12
         Qu'il tombât en silence ou qu'il tombât pour eux. 12
         Voici que doucement ta nuit est triomphale, 12
35 Tu te lèves, baigné d'un soleil ténébreux, 12
         Et l'ombre se caresse entre tes doigts d'opale 12
         Demeure, pâle et dur, dans le silence en chœur, 12
         Si dépouillé, si las, au fond de ta défaite, 12
         Que l'on voit presque à nu la clarté de ton cœur. 12
40 Seigneur, toi que l'on trompe et qui baisses la tète, 12
         Tu sentiras, brûlé par le soir de longueur, 12
         La faim qui crie en toi comme une grande fête. 12
         Laissons les maladroits et les irrésolus 12
         Qui prêchent d'oublier tout doucement, sans cause, 12
45 Et qui croient consolés ceux qui ne souffrent plus ; 12
         Et le fou méprisant combien toute âme est close 12
         Qui, de sa foi béate ivre de plus en plus, 12
         Rêve de consoler quelqu'un ou quelque chose. 12
         Tous ceux que la douleur n'a pas faits douloureux, 12
50 Au milieu du désert, sans haine, sans envie, 12
         Les pauvres égarés qui peuvent être heureux ; 12
         Ceux qui croient que l'amour mérite qu'on l'envie, 12
         Ceux qui peuvent dormir quand la nuit est sur eux 12
         Et qui nomment le ciel ce qui manque à la vie. 12
PRIÈRE
55 Va sans savoir, respire, écoute. 8
         Dis ta gloire n'importe auquel ; 8
         Si grand que tu sois sur la route 8
         L'amour te laisse, comme un ciel. 8
         Au milieu des cris du théâtre 8
60 Et de leurs serments de malheur, 8
         Écoute, étoilé comme un pâtre, 8
         Le silence de la douleur. 8
         Moi qui ne sais pas de prière, 8
         Toi si bon au-dessus de nous, 8
65 Je voudrais sourire à la mère 8
         Qui t'a tenu sur ses genoux. 8
         Permets qu'à tes pieds adorables 8
         On rêve, on rêve aux jours d'avant 8
         Où, comme les plus misérables 8
70 Tu n'étais qu'un petit enfant. 8
         Tous les nids sont un peu prospères, 8
         Nous sortons tous d'un vague abri… 8
         Les dieux et les pauvres sont frères 8
         Par le peu d'enfance qui rit. 8
75 Comme ma dernière tendresse, 8
         Veux-tu qu'en un soir effacé 8
         Je sois un peu de la caresse 8
         Des seuls jours qui t'ont caressé !… 8
         Au lieu de crier solitaire 8
80 Puisse le soir être avec toi ; 8
         Puisses-tu parfois sur la terre 8
         Sourire sans savoir pourquoi ! 8
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie