CHE_1/CHE26
André de Chénier
ŒUVRES POÉTIQUES
tome I
1790
ÉLÉGIES ANTIQUES
X
Dryas
         Tout est-il prêt ? partons. Oui, le mât est dressé ; 6+6
         Adieu donc ; sur les bancs le rameur est placé ; 6+6
         La voile, ouverte aux vents, s'enfle et s'agite et flotte ; 6+6
         Déjà le gouvernail tourne aux mains du pilote. 6+6
5 Insensé ! vainement le serrant dans leurs bras, 6+6
         Femme, enfants, tout se jette au-devant de ses pas ; 6+6
         Il monte, on lève l'ancre. Élevé sur la poupe, 6+6
         Il remplit et couronne une écumante coupe, 6+6
         Prie, et la verse aux dieux qui commandent aux flots. 6+6
10 Tout retentit de cris, adieux des matelots. 6+6
         Sur sa famille en pleurs il tourne encor la vue, 6+6
         Et des yeux et des mains longtemps il les salue. 6+6
         Insensé ! vainement une fois averti ! 6+6
         On détache le câble ; il part ; il est parti ! 6+6
15 Car il ne voyait pas que bientôt sur sa tête 6+6
         L'automne impétueux amassant la tempête 6+6
         L'attendait au passage, et là, loin de tout bord, 6+6
         Lui préparait bientôt le naufrage et la mort. 6+6
         « Dieux de la mer Égée, ô vents, ô dieux humides, 6+6
20 Glaucus et Palémon, et blanches Néréides, 6+6
         Sauvez, sauvez Dryas. Déjà voisin du port, 6+6
         Entre la terre et moi je rencontre la mort. 6+6
         Mon navire est brisé. Sous les ondes avares 6+6
         Tous les miens ont péri. Dieux ! rendez-moi mes lares ! 6+6
25 Dieux ! entendez les cris d'un père et d'un époux ! 6+6
         Sauvez, sauvez Dryas, il s'abandonne à vous. » 6+6
         Il dit, plonge, et, perdant au sein de la tourmente 6+6
         La planche, sous ses pieds fugitive et flottante, 6+6
         Nage, et lutte, et ses bras et ses efforts nombreux, 6+6
30 Et la vague en roulant sur les sables pierreux, 6+6
         Blême, expirant, couvert d'une écume salée, 6+6
         Le vomit. Sa famille errante, échevelée, 6+6
         Qui perçait l'air de cris et se frappait le sein, 6+6
         Court, le saisit, l'entraîne, et, le fer à la main, 6+6
35 Rendant grâces aux flots d'avoir sauvé sa tête, 6+6
         Offre une brebis noire à la noire tempête. 6+6
         .............................................................................
         J'étais père, et je meurs victime du naufrage. 6+6
         Adieu, ma femme, adieu, mes chers enfants. O toi, 6+6
40 Nautonier, de retour, si tu tiens le rivage, 6+6
         Reste avec tes enfants, sois plus sage que moi. 6+6
mètre profil métrique : 6+6
logo de l'université   logo de l'université  
CRISCO - Université de Caen Normandie